Boadicée contre le patriarcat romain

Au Ier siècle, la reine des Icènes mène la révolte des Bretons contre l’occupation romaine. Son combat vise autant à libérer son peuple du joug colonial qu’à préserver l’égalité des sexes qui a cours chez les siens. Un symbole de résistance qui inspire autant les partisans du Brexit que les féministes américaines.


© Pictorial Press Ltd / Alamy

Dépeinte par l’historien romain Dion Cassius, Boadicée (ici sur une gravure de 1812) est immense et terrifiante. Ses yeux ont un éclat farouche et sa chevelure flamboie comme la crinière d’un lion.

Au Ier siècle, Boadicée (appe­lée aussi ­Boudica ou Boa­dicea) était la reine des Icènes, un peuple de la Bretagne insulaire. Elle mena une armée de 100 000 hommes à la victoire contre le puissant Empire romain. Ses triomphes furent si retentissants que les Romains manquèrent de perdre le contrôle de son royaume. Montée sur un char accompagnée de ses deux filles, elle guida ses troupes dans une lutte vengeresse pour la liberté. Mais que signifiait la liberté pour une reine de l’âge du fer et son peuple, et quelles en étaient les limites sous l’Empire ?   Pour comprendre la place de Boadicée dans le monde romain, il faut avoir conscience de ce qu’était la misogynie antique. Pour les Romains, les femmes combattantes ne pouvaient qu’être le produit d’une société immorale et non civilisée – une façon de voir qui leur permettait de justifier l’assujettissement d’autres peuples. Mais ces femmes n’en devenaient pas moins des légendes.   Fière de son système patriarcal, la Rome antique était prompte à condamner les femmes qui brisaient les barrières et ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Boudica: Warrior Woman of Roman Britain de Caitlin C. Gillespie, Oxford University Press, 2018

SUR LE MÊME THÈME

Histoire États-Unis : par ici la sortie !
Histoire Chine : un autoritarisme tout en souplesse
Histoire Quand le tabac soignait

Aussi dans
ce numéro de Books