Ernestine Rose, première féministe américaine

Née en Pologne dans une famille juive pieuse, Ernestine Rose manifeste très tôt son indépendance d’esprit. À 16 ans, elle s’installe seule à Berlin, avant de traverser l’Atlantique. Libre-penseuse et socialiste utopique, elle milite pour l’égalité des sexes. Son apport commence tout juste à être reconnu.


© Gado Images / Alamy Stock Photo

Réunion de suffragistes en 1872 à Londres. Ernestine Rose (3e en partant de la gauche) s’y est établie trois ans plus tôt avec son mari.

Si vous dites « Ernestine Rose » à la première féministe venue, il y a fort à parier que ce nom ne lui dira rien. À part ses fans dans les départements de gender studies des universités, personne ou presque n’en a entendu parler. C’est une grande lacune dans notre mémoire collective.   Ernestine Rose commença à militer pour les droits des femmes une décennie avant Elizabeth Cady Stanton et Susan B. Anthony 1, qu’elle a toutes deux inspirées. Elle drainait un public plus vaste à ses conférences, à sa grande époque du moins. Elle « parvient à captiver un audi­toire aussi bien que nos meilleurs orateurs masculins » écrivait l’Albany Transcript en 1854 (ce qui se voulait un compliment). « Une excellente élocution, une voix puissante, du bon sens à en revendre, un style merveilleusement concis et un rare sens de l’humour », constatait une journaliste en 1860. Rose avait aussi pour elle son physique. Selon la description qu’en fit l’écrivaine française Jenny d’Héricourt, c’était une femme « svelte et menue avec un front magnifique, des yeux pétillants d’une douceur extraordinaire, des dents blanches et parfaites ...
LE LIVRE
LE LIVRE

The Rabbi’s Atheist Daughter: Ernestine Rose, International Feminist Pioneer de Bonnie S. Anderson, Oxford University Press, 2017

SUR LE MÊME THÈME

Histoire États-Unis : par ici la sortie !
Histoire Chine : un autoritarisme tout en souplesse
Histoire Quand le tabac soignait

Aussi dans
ce numéro de Books