Il vous manque un numéro de Books ? Complétez votre collection grâce à notre boutique en ligne.

Bon voisinage ?

Le journaliste norvégien ­Bernhard L. Mohr est un bon connaisseur de la Russie. Il a fait sa thèse sur les auteurs satiriques soviétiques Ilf et Pétrov et a travaillé à Moscou et Saint-Pétersbourg pour le groupe de presse norvégien Schibsted. Après avoir tenté d’expliquer à ses compatriotes pourquoi les Russes votent pour Poutine dans un ouvrage paru en 2017, il s’intéresse cette fois aux relations ambiguës qu’entretiennent Oslo et Moscou.

« Sont-ils de bons voisins qui essaient de résoudre leurs différends dans le dialogue et le respect ou représentent-ils une menace l’un pour l’autre ? En n’optant pour aucune de ces deux thèses dominantes tout en les exposant, Mohr parvient à donner de la profondeur et de l’intelligence à son propos », estime le quotidien Dagbladet.

Force est de toutefois constater que les récents signaux en provenance de Moscou tranchent avec l’image héritée de la Seconde Guerre mondiale du « bon voisin » russe dont l’armée a libéré le Grand Nord norvégien alors occupé par l’Allemagne nazie, note Aftenbladet. Et ce quotidien régional de citer l’annexion de la Crimée par la Russie, en 2014, ou l’enlèvement d’un ressortissant norvégien accusé d’espionnage, en 2017. Mais s’il « ne tait en rien les aspects critiquables et effrayants du régime de Poutine », Mohr « essaie aussi de comprendre et de faire comprendre à ses lecteurs à quoi ressemble le monde côté russe ».

De ce fait, pointe le quotidien Aftenposten, « le titre du livre est un peu trompeur, car l’ouvrage va au-delà des seules relations bilatérales ». L’auteur fait en effet parler de jeunes Russes sur leur pays et sur leur avenir.

LE LIVRE
LE LIVRE

Hva vil russerne med Norge ? (« Que cherchent les Russes avec la Norvège ? ») de Bernhard L. Mohr, Cappelen Damm, 2020

SUR LE MÊME THÈME

Périscope Un emploi du temps chargé
Périscope Chroniques du Kerala
Périscope Du poids des boutons

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.