« Ce ne sont que des femmes »
par Charlotte Perkins Gilman

« Ce ne sont que des femmes »

Books publie en même temps que ce numéro Herland, le roman culte de Charlotte Perkins Gilman évoqué par Mary Beard dans l’article «Un modèle résolument masculin ». Extrait du chapitre 2.

Publié dans le magazine Books, mai/juin 2018. Par Charlotte Perkins Gilman
Tout ce que nous voyions était une assemblée de créatures, championnes de l’autodéfense, d’un calme extrême, et qui sans aucun doute étaient sur le point de nous demander des comptes quant à notre présence ici. Six d’entre elles firent un pas en avant, prirent place des deux côtés de chacun de nous et firent comprendre qu’il nous fallait les suivre. Nous préférâmes obéir, au moins au début, et nous mîmes en marche, au coude à coude avec elles, avec d’autres devant nous, d’autres derrière nous et d’autres encore de chaque côté. Nous étions cernés. Un grand bâtiment s’élevait : une construction aux murs très épais, impressionnante, ­immense, vieillotte, en pierres grises, différente des habitations du reste de la ville. « Ça sent le roussi ! nous dit Terry rapidement. Nous ne devons pas accepter d’entrer ici, les gars. » […]. Nous réfléchissions. Il nous semblait sage de les suivre, même si refuser était possible. Il nous apparaissait que notre seule chance était de leur donner des signes d’amitié pour favoriser une attitude civilisée de part et d’autre. Mais une fois entrés dans cette ­enceinte impressionnante, nous n’en savions pas ­davantage sur ce que ces dames déterminées comptaient faire de nous. L’hypothèse d’une détention pacifique ne nous effleura même pas. Alors nous restâmes plantés là, essayant de faire comprendre que nous préférions reprendre notre route. L’une d’elles s’avança avec un croquis de notre avion, demandant par signes si nous étions bien les visiteurs venus du ciel qu’elles ­recherchaient. Nous acquiesçâmes. Celle…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire