Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour préserver l’indépendance de Books !

Censure chinoise

La Chine a mis au point l’un des systèmes de contrôle de l’information les plus élaborés et les plus efficaces du monde, un système sur lequel de nombreux régimes autoritaires cherchent à prendre exemple », affirme Margaret Roberts dans Censored. Cette professeure de sciences politiques de l’Université de Californie à San Diego a passé plusieurs années à étudier les méthodes employées par le régime pour empêcher les plus de 800 millions d’internautes chinois d’accéder à des contenus ou d’échanger sur des sujets « sensibles ». Pour exercer sa censure, Pékin a essentiellement recours à trois stratégies que Roberts appelle « la peur, le frottement et l’inondation », résume le professeur de sciences politiques Andrew J. Nathan dans la revue Foreign Affairs. La peur consiste en des mena
ces et des sanctions visant à dissuader les opposants de s’exprimer en ligne. Le « frottement » consiste à ralentir ou à entraver la diffusion de l’information, et l’« inondation » à faire de la désinformation en noyant les internautes sous une masse de propagande. Robert montre – et c’est là l’un des apports les plus originaux de son livre, estime le journaliste Ian Johnson dans The New York Review of Books – que « la plupart des usagers chinois ne sont pas disposés à dépenser beaucoup de temps ou d’argent pour avoir accès à de l’information, à moins qu’elle leur soit d’une utilité immédiate ». Ainsi, pour franchir la grande muraille virtuelle qui bloque l’accès à Wikipédia ou au site de la BBC, la seule solution est de se procurer un réseau privé virtuel (VPN) étranger, ce que seuls les plus motivés des internautes sont prêts à faire. Et, quand le régime a voulu inciter Google à quitter la Chine en 2010, il a fait en sorte de ralentir trois fois sur quatre le chargement des pages sur le moteur de recherche américain. Les pages s’affichaient en revanche rapidement sur son équivalent chinois, Baidu. La plupart des internautes en ont déduit que Google ne marchait pas bien et s’en sont détournés. Ces techniques ont l’avantage de passer inaperçues aux yeux de la majorité de la population, ce qui crée un clivage entre les élites et les masses, qui ont trop à faire et ne s’intéressent pas assez à la politique pour se donner la peine de chercher des contenus interdits. « Le gouvernement, écrit Roberts, empêche toute alliance entre le cœur et la périphérie, condition d’une action collective efficace. »
LE LIVRE
LE LIVRE

Censored. Distraction and Diversion Inside China’s Great Firewall de Margaret E. Roberts, Princeton University Press, 2018

SUR LE MÊME THÈME

Périscope La tragédie de l’euro
Périscope Le 16 mars 1978, une journée particulière
Périscope Ragoût meurtrier

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.