« Claude Lévi-Strauss a montré l’universalité de la raison »
par Eduardo Viveiros de Castro

« Claude Lévi-Strauss a montré l’universalité de la raison »

Publié dans le magazine Books, décembre 2008 - janvier 2009. Par Eduardo Viveiros de Castro
1965, le goût des anthropologues français pour la généralisations’opposait à celui de leurs collègues britanniques pour l’empirisme.Cet antagonisme s’est-il perpétué?Non. Nous avons assisté cesdernières décennies à un rapprochement entre les deux écoles. LesAnglais sont devenus un peu plus structuralistes, et les Français unpeu plus empiristes. Au point que les positions se sont presqueinversées. Passée la grande époque du structuralisme, l’anthropologiefrançaise a pris goût au particularisme ethnographique. Etl’anthropologie britannique a élargi considérablement son horizon,étudiant de plus en plus les sociétés indigènes dans une perspectivecomparatiste. D’ailleurs, Edmund Leach, qui fut le principalresponsable de la diffusion de l’œuvre de Claude Lévi-Strauss dans lemonde anglo-saxon, a beaucoup contribué à cette convergence. Enmontrant à quel point aucune des deux démarches ne pouvait se suffire àelle-même.Comment expliquez-vous la fascination suscitée par les travaux de Lévi-Strauss ?D’abord,c’est devenu un lieu commun, mais son talent littéraire y est pourbeaucoup. Sa langue est sublime. Ensuite, c’est un penseur d’une grandeoriginalité. Il a su créer une sensibilité. Prenant appui sur unelongue tradition française d’ouverture à l’autre, qui remonte àMontaigne, Lévi-Strauss a ouvert l’Occident aux cultures du monde. Il…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire