Comment être hindou

Comment être hindou

Refusant d’abandonner leur religion aux extrémistes, deux intellectuels progressistes signent des essais à succès. Leurs professions de foi en disent long sur le climat actuel.

Publié dans le magazine Books, septembre/octobre 2018.
Signe des temps, deux des dix meilleures ventes de Bahrisons, grande librairie intellectuelle de New Delhi, traitent de l’hindouisme. Alors que le BJP, le parti nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi, s’ancre au pouvoir et que prospèrent les zélateurs de l’hindutva (identité hindoue), deux célèbres intellectuels libéraux (au sens anglo-saxon du terme) revendiquent leur attachement à la religion majoritaire de l’Inde… pour la redéfinir dans le sens de la tolérance et du respect des minorités, contre l’instrumentalisation haineuse. « Je veux dire fièrement que je suis hindou, mais je veux le dire pour de bonnes raisons », a déclaré Pavan Varma, ancien diplomate, essayiste et homme politique, à l’occasion du lancement de son livre sur Adi Shankaracharya, « le plus grand penseur de l’hindouisme » en avril dernier à New Delhi (1). Recueillie par le quotidien The Asian Age, cette profession de foi en forme de justification en dit long sur le climat politique actuel. Élu et porte-parole du Janata Dal (issu d’une scission du parti du Congrès dans les années 1980), Pavan Varma correspond en principe au modèle du haut fonctionnaire indien, attaché au multiculturalisme et à la laïcité de la République indienne. Dans son essai Being Indian, publié en 2004, il évoquait les atouts de l’Inde dans la mondialisation. En 2018, le même homme s’intéresse à Shankaracharya, ce réformateur religieux du VIIIe siècle qui a « traversé l’Inde à trois reprises à la recherche de la vérité ultime », comme le rappelle le quotidien de centre gauche The Hindu. Shankaracharya cherchait à rassembler les…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire