Et l’Inde s’éveillera ?

« L’éléphant assoupi », « le tigre captif », « le dragon endormi ». Au bestiaire des métaphores de l’économie indienne, le journaliste T. N. Ninan vient d’ajouter un animal : la tortue. Partie sans se hâter dans la course à la superpuissance, l’Inde paraît bien placée pour rattraper le lièvre chinois, qui donne des signes de fatigue. Le pays est la septième économie de la planète. Son marché automobile est le sixième du monde, en dépit d’un taux d’équipement encore très bas. Et il devrait devenir dans les cinq ans le troisième contributeur à la croissance mondiale, derrière la Chine et les États-Unis. Dans « Le tour de la tortue », T. N. Ninan explique néanmoins pourquoi l’Inde a toutes les chances de rester une puissance régionale, et non globale. Ce journaliste économique réputé souligne que « les réformes radicales ne se produisent en Inde qu’à la faveur de crises », lit-on dans le quotidien Mint. Étant donné le contexte actuel, il y a fort à parier que les dirigeants se contenteront dans les prochaines années de « solutions de facilité », ne s’attaquant qu’à la marge à l’inefficacité des services publics, aux rigidités du marché du travail, à la corruption, aux problèmes d’environnement et à une pauvreté toujours endémique.
LE LIVRE
LE LIVRE

Le tour de la tortue de T. N. Ninan, Penguin India, 2015

SUR LE MÊME THÈME

Périscope La décadence du sperme
Périscope Katowice, capitale de l’e-sport
Périscope Marre de l’authenticité

Aussi dans
ce numéro de Books