Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour financer notre numéro 100 exceptionnel !

Faut-il republier Mein Kampf  ?

En 1945, les Alliés confient tous les droits relatifs aux écrits de Hitler à l’État de Bavière. Avec une mission : en limiter la diffusion autant que possible. Ces consignes ont été suivies à la lettre puisque l’Allemagne est aujourd’hui l’un des derniers pays au monde où la publication de Mein Kampf est interdite. « Les droits de la traduction anglaise avaient été cédés bien avant 1945, si bien que l’ouvrage est toujours resté disponible dans les pays anglophones », rappelle Sven Felix Kellerhoff dans Die Welt. Même en Israël des traductions en hébreu circulent en toute légalité. En Turquie, c’est un bestseller. En France, il suffit qu’il soit précédé d’une mise en garde. L’Allemagne fait donc figure d’exception. Mais jusqu’à quand ? Ce livre a beau avoir été écrit par l’un de
s plus grands meurtriers de masse de l’histoire, il est soumis aux mêmes règles que les autres : soixante-dix ans après la mort de l’auteur, il tombe dans le domaine public. Dans ce contexte, l’Institut d’histoire contemporaine (Ifz) de Munich a conçu le projet d’une édition savante pour 2015. « Nous voulons faire contrepoids aux publications d’extrême droite, qui risquent de paraître alors », a expliqué l’historienne Edith Raim. La communauté juive d’Allemagne reste divisée, même si le Conseil central des Juifs allemands s’est prononcé en faveur de l’initiative. Le Land de Bavière, quant à lui, n’a pas donné son accord et campe sur ses positions rigoristes : « Même après que Mein Kampf sera tombé dans le domaine public, la diffusion d’idées nazies restera interdite en Allemagne et sanctionnée par la loi », a-t-il fait savoir. « Mais on voit mal comment une telle interdiction pourrait être mise en œuvre après 2015 », remarque la Deutsche Presse-Agentur. L’attitude de la Bavière agace beaucoup d’historiens. « Une édition savante pourrait briser le mythe bizarre qui s’est construit autour de Mein Kampf et que son interdiction contribue à alimenter », estime Horst Möller, le directeur de l’Ifz. Car, à n’avoir jamais lu le brûlot antisémite de Hitler, on risque de le surestimer… Et d’oublier qu’il s’agit avant tout d’un « livre insupportable, terriblement ennuyeux, souvent un simple collage d’autres pamphlets de l’époque », rappelle l’historienne Brigitte Hamann dans une interview au Zeit. Un livre qui n’a donc pas besoin d’être interdit pour être illisible.
LE LIVRE
LE LIVRE

Mein Kampf de Adolf Hitler, Les Nouvelles Editions latines, 1934

SUR LE MÊME THÈME

Censure États-Unis - La Semaine des livres interdits
Censure Secret défense
Censure L’affaire des caricatures, acte II

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.