L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

En France, l’ascenseur social patine

L’ascenseur social français n’est pas en panne, mais il fonctionne au ralenti. Les élites trustent les classes prépas.

MOBILITÉ ET INÉGALITÉS : EFFET DE CISEAU

Les pays les plus égalitaires (Europe du Nord) sont aussi ceux où la mobilité est la plus forte. Ce graphique est obtenu en croisant les inégalités de revenu (axe horizontal) et la mobilité d’une génération à l’autre (axe vertical), selon les données les plus récentes. La France et l’Allemagne font partie du peloton de pays les moins inégalitaires, mais la mobilité y est faible. La Grande-Bretagne et les États-Unis sont plus inégalitaires, mais la mobilité y est un peu plus forte. Le Brésil et l’Afrique du Sud sont très inégalitaires, et la mobilité y est très faible. [caption id="attachment_58546" align="alignleft" width="844"]MOBILITÉ ET INÉGALITÉS : EFFET DE CISEAUX Source : OCDE 2018.[/caption]  

FEMMES : LA FRANCE À LA TRAÎNE

Dernières données disponibles. La classe sociale est ici fondée sur les catégories socioprofessionnelles. En termes de mobilité ascendante des femmes, la France se situe au-dessous de la moyenne. Pour ce qui est des hommes (non représentés ici), la France occupe une position moyenne mais plutôt favorable. [caption id="attachment_58547" align="alignleft" width="935"]FILLES APPARTENANT À UNE CLASSE SOCIALE SUPÉRIEURE OU INFÉRIEURE À CELLE DE LEUR MÈRE Source : OCDE 2018.[/caption]  

MOBILITÉ DU REVENU

Dans la plupart des pays, la mobilité du revenu des actifs a eu tendance à baisser entre les périodes 1995-2000 et 2010-2015. Elle est restée stable au Canada, et la France est le pays où elle a le plus augmenté. L’évolution est mesurée en points de Gini, le coefficient de Gini étant un indicateur des inégalités. [caption id="attachment_58548" align="alignleft" width="616"]
ef="https://www.books.fr/wp-content/uploads/2019/03/graph-3.png">Points de Gini Source : OCDE 2018.[/caption]  

INIQUITÉ SCOLAIRE

La France est l’un des deux pays où le poids du milieu social est le plus déterminant, alors même que c’est celui où la sélection à l’entrée dans l’enseignement supérieur est la moins stricte. [caption id="attachment_58549" align="alignleft" width="703"]Part de l’écart de performance en sciences imputable au statut socio-économique des élèves Source : OCDE, The Economist[/caption]  

MONTÉE DES CLASSES SUPÉRIEURES

En un peu moins de cinquante ans, la répartition des classes sociales en France s’est profondément transformée. La part des classes populaires dans la population active (ouvriers et employés) a nettement diminué au profit des classes moyennes (professions intermédiaires, petits commerçants et artisans) et surtout des classes supérieures (cadres et professions intellectuelles). Les classes populaires représentent encore la moitié de la population active. [caption id="attachment_58550" align="alignleft" width="785"]LES CLASSES SOCIALES Sources : Éric Maurin, « La mobilité sociale des nouvelles classes moyennes », Idées économiques et sociales 2014/1, enquêtes emploi de l’Insee.[/caption]  

MOBILITÉ PROFESSIONNELLE

Le tableau se lit horizontalement. Ainsi (première ligne), 32,5 % des fils d’agriculteur sont devenus ouvriers. La proportion était de 37 % en 2003. On constate globalement une mobilité sociale ascendante, mais on voit aussi que les fils de cadre supérieur deviennent eux-mêmes cadres cinq fois plus souvent que les fils d’ouvrier. [caption id="attachment_58551" align="alignleft" width="986"]Mobilité professionnelle Source : Observatoire des inégalités, 2019.[/caption]  

LE RYTHME DE LA MOBILITÉ ASCENDANTE A BAISSÉ

Ce tableau montre l’évolution du rapport entre la mobilité ascendante et la mobilité descendante (déclassement) depuis les générations nées en 1934-1938. Ainsi, à 35-39 ans, parmi les hommes et les femmes nés entre 1944 et 1948, ceux qui ont connu une mobilité ascendante étaient 2,13 fois plus nombreux que ceux qui ont connu un déclassement. On voit que le rapport est de moins en moins positif au fil des générations.   [caption id="attachment_58552" align="alignleft" width="745"]ÉVOLUTION DU RAPPORT ASCENDANTS/DESCENDANTS PAR ÂGES ET PAR COHORTES Source : Camille Peugny, « La dynamique générationnelle de la mobilité
sociale », Idées économiques et sociales 2014/1.[/caption]  

LES ÉLITES TRUSTENT LES PRÉPAS

Origine sociale (en %) des élèves des classes préparatoires, principal sas d’entrée des filières sélectives. Si l’on tient compte des enfants de « retraités et inactifs », on voit que plus de la moitié des effectifs viennent des milieux les plus favorisés. Mais l’ascenseur social n’est pas bloqué. [caption id="attachment_58553" align="alignleft" width="856"]ORIGINE SOCIALE DES ÉTUDIANTS Source : Observatoire des inégalités, 2018.[/caption]  

SUR LE MÊME THÈME

Dossier Alain Prochiantz : « La radicale originalité de Sapiens »
Dossier Frans de Waal : « Ne confondons pas émotions et sentiments »
Dossier Ce que ressentent les animaux

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.