La Nation réhabilitée

La Nation réhabilitée

Une intellectuelle allemande défend les vertus d’un patriotisme éclairé.

Publié dans le magazine Books, septembre/octobre 2018.
Il y a quelques années, l’essayiste et femme de télévision Thea Dorn a publié (avec l’écrivain Richard Wag­ner) une sorte de dictionnaire de l’« âme allemande » : une soixantaine de chapitres centrés autour de notions clés de l’identité allemande. Cela commençait avec Abendbrot (« repas du soir ») pour finir avec Zerrissenheit (« déchirement »), en passant par Ordnungsliebe (« amour de l’ordre ») ou encore Schadenfreude (si typiquement allemand qu’on ne le traduit pas). C’était ludique et léger. Son nouveau livre aborde des thèmes similaires, mais le ton a changé, désormais grave et polémique. Ce qui reflète, selon Stephan Wackwitz du Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), le « changement d’atmosphère au sein la République fédérale », depuis l’été 2015 et l’accueil de 1 million de réfugiés. Deutsch, nicht dumpf, que l’on pourrait traduire approximativement par « Allemand, mais pas à la masse » – entend proposer un patriotisme rénové. Dans un entretien pour Die Zeit, Dorn constate que l’Union européenne n’est pas parvenue à susciter un attachement profond et reste « une abstraction ennuyeuse », de sorte que le patriotisme reste ­nécessaire. L’auteure identifie…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire