L’amour aux temps du protectorat

« Parmi les nombreuses histoires de l’Espagne qui restent à racon­ter, celle de ses “angoisses colo­niales” est peut-être l’une des plus méconnues, surtout en ce qui concerne l’Afrique du Nord », estime Luz Gómez García dans le quotidien espagnol El País. Aussi la critique se félicite-t-elle de la parution d’A mi querido Abdelazizde tu Conchita, un ouvrage qui jette un nouvel éclairage sur la période du protectorat espagnol au Maroc (1912-1956). Les auteurs, Josep Lluís Mateo Dieste, anthropologue, et Nieves Muriel García, spécialiste des études de genre, ont exploité un vaste fonds d’archives inédites : des lettres, des cartes postales et des télégrammes interceptés entre 1936 et 1956 par la Délégation des affaires indigènes (DAI), située à l’époque à Tétouan, dans le nord du Maroc. La raison de leur interception par l’administration coloniale ? Il s’agissait de la correspondance amoureuse échangée entre des hommes maro­cains et des femmes espagnoles. Or, d’après une circulaire interne de la DAI, ces amours subversives risquaient ...

LE LIVRE
LE LIVRE

À mon cher Abdelaziz… de la part de ta Conchita. Lettres entre Espagnoles et Marocains à l’époque du Maroc colonial de Josep Lluís Mateo Dieste et Nieves Muriel García, Icaria editorial, 2020

SUR LE MÊME THÈME

Périscope Gel, peste et villes assiégées
Périscope À consommer pour l’évolution
Périscope Un rail, une vie

Aussi dans
ce numéro de Books