Les croisades, vues par les Arabes

L’hagiographe de Saladin voyait les Francs comme un « essaim de mouches » et des « sauterelles sans ailes ». Aujourd’hui, les croisades occupent toujours une place centrale dans l’imaginaire arabe.

Dans sa préface au livre de Carole Hillenbrand, Yasir Suleiman, professeur d’arabe à l’université d’Édimbourg, observe que « l’auteur a pour objectif premier de contrebalancer l’image biaisée des croisades dans la connaissance occidentale ». Je ne suis pas bien sûr de ce qu’il entend par là. David Hume, dans son Histoire de la Grande-Bretagne, dénonça les croisades comme « le monument de folie humaine le plus insigne et durable jamais édifié, toutes époques et toutes nations confondues ». Un peu plus tard, Edward Gibbon y voyait l’expression d’un « fanatisme sauvage (1) ». Dans son Histoires des croisades (1820), l’une des premières études consacrées spécifiquement à ce sujet, Charles Mills déplorait le papisme et le fanatisme médiéval. Dans La Dynastie mamelouke ou esclave d’Égypte (1896), William Muir, tout en suggérant que les croisades eurent un rôle positif en arrachant l’Europe à l’âge des ténèbres, en venait à les dénoncer : elles ont « aggravé l’intolérance de l’époque et encouragé dans les rangs chrétiens des actes de cruauté et des effusions de sang parfois aussi épouvantables que ceux ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Les croisades. Points de vue musulmans de Les croisades, vues par les Arabes, Edinburgh University Press

SUR LE MÊME THÈME

Dossier La nouvelle guerre froide
Dossier La nouvelle Inquisition
Dossier Quel avenir pour le cinéma ?

Aussi dans
ce numéro de Books