Sciences
Temps de lecture 15 min

Les gènes du stade

N’en déplaise à la mystique sportive, la performance d’exception n’est pas seulement affaire de volonté et d’entraînement. Les très grands champions possèdent des atouts génétiques qui leur permettent de creuser l’écart avec leurs rivaux immédiats : l’acuité visuelle exceptionnelle des joueurs de baseball, les tendons-catapultes des as du saut en hauteur ou le nombre de globules rouges des plus endurants… La compétition de haut niveau n’est-elle pas dès lors biaisée ? Et ne faut-il pas reconsidérer la question du dopage ?

À la fin de son livre The Sports Gene, David Epstein se rend dans un coin perdu de Finlande pour y rencontrer un homme du nom d’Eero Mäntyranta. Mäntyranta, septuagénaire à présent, habite une petite maison près d’un lac, au milieu des pins et des sapins, au nord du cercle polaire. Le village d’à côté lui a dressé une statue. « Tout, chez lui, possède une certaine envergure, écrit Epstein. Le nez tubéreux au milieu d’un visage d’une douce rondeur. Ses gros doigts, sa large mâchoire, et une poitrine de barrique couverte d’un tricot rouge avec au centre un renne à la mine patibulaire. C’est un homme à l’allure remarquable. » Le plus remarquable étant la couleur de son visage. C’est « une nuance de rouge cardinal, mêlé ici et là de pourpre », qui évoque « la teinte de la peinture rouge que produit le sol riche en fer de la région ». Mäntyranta est porteur d’une rare mutation génétique. En raison d’une anomalie de son ADN, sa moelle osseuse sécrète un excédent de globules rouges. Cela explique à la fois ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Le gène du sport de David Epstein, Penguin, 2013

SUR LE MÊME THÈME

Sciences Faux-semblants statistiques
Sciences Le secret des anguilles
Sciences Le souvenir que la Terre gardera de nous

Aussi dans
ce numéro de Books