Marilyn, martyre ?

La sortie sur Netflix du film Blonde, biopic boursouflé sur Marilyn Monroe adapté du roman éponyme de Joyce Carol Oates, invite à s’interroger sur le mythe Monroe.

Le film Blonde, du réalisateur australien Andrew Dominik, est enfin sorti – sur Netflix. Après des mois de teasing, une projection lors de la dernière Mostra de Venise, des années (plus d’une décennie !) d’écriture, de réécriture et de montage du projet, le mythe Marilyn Monroe est réactivé à grande échelle. Ce carton annoncé, lui-même tiré d’un best-seller – la biographie romancée de la star signée Joyce Carol Oates 1 –, interroge. 

Première question : voir ou ne pas voir ce film ? La réponse n’est pas simple. D’abord, parce que tout le monde en parle et que, par un effet mécanique, on a vite l’impression de l’avoir déjà vu. Ensuite, parce que regarder un film de trois heures sur petit écran et avachi sur un canapé est objectivement une punition pour tout cinéphile ou quiconque ayant des problèmes de dos. Profitons donc de cette chronique pour adresser une supplique au cinéma mondial : peut-on arrêter ...

SUR LE MÊME THÈME

Chronique Proustomania
Chronique Que sont devenues les vraies news ?
Chronique Les jeunes et la lecture

Aussi dans
ce numéro de Books