Les meilleures ventes en Iran – Lettres persanes… et autre
par Asal Bagheri

Les meilleures ventes en Iran – Lettres persanes… et autre

Attachés à leur patrimoine littéraire, les Iraniens se laissent aussi captiver par les livres étrangers.

Publié dans le magazine Books, avril 2019. Par Asal Bagheri
Lire en Iran ? Encore faut-il pouvoir se le permettre, vu la hausse du prix du papier et, par ricochet, de celui des livres. Mais, quand elle le peut, la jeunesse urbaine fréquente volontiers les librairies de la chaîne Shahre Ketab (« la ville des livres »), qui possède une quarantaine de points de vente à Téhéran. Dans la liste des meilleures ventes établie par Shahre Ketab ne figure aucune œuvre iranienne récente. Peut-être la nouvelle géné­ration d’auteurs, dont le leitmotiv est la vie terne de la classe moyenne urbaine, ne fait-elle pas rêver les lecteurs. Ceux-ci apprécient en revanche les livres étrangers, très présents dans le classement (sept sur dix), ce qui indique une certaine perméabi­lité à la mondialisation. Il faut aussi savoir qu’en Iran on attache autant d’importance au traducteur qu’à l’auteur. Le succès de Cent ans de solitude est ainsi imputable pour une bonne part au très renommé Bahman Farza­neh, qui l’a traduit dès 1974 – non pas directement de…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire