Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour préserver l’indépendance de Books !

Les meilleures ventes (non-fiction) au Danemark – Ralentir ou accélérer ?

Les Danois ont beau être parmi les plus heureux du monde, ils se posent des questions existentielles.

meilleures ventes au danemark Sphères intime et profes­sionnelle : au Danemark, les lecteurs se passionnent actuel­lement pour ces deux univers et pour la manière dont l’un (le travail) empiète trop souvent sur l’autre (la vie privée). Au point de rendre la vie stressante et de plonger une part croissante de Danois dans la déprime, alors que le royaume figure parmi les pays les plus heureux du monde. C’est le constat que dresse l’essai « Une vie, une époque, un humain », qui occupe les premières places du classement depuis plusieurs mois. Dans cet ouvrage (lire Books, avril 2019), le philosophe et homme d’affaires Morten Albæk propose à ses compatriotes de donner du sens à leur vie.
Mais lequel ? À en croire la liste des best-sellers, les avis divergent. Faut-il s’adapter au système ou changer le monde ? Rédigé par trois femmes, « À vos marques, prêts, investissez » se veut un ­outil pour comprendre les produits financiers existants et faire fructifier son argent. Trois auteurs masculins donnent une réponse tout autre dans un essai en forme de conversation à bâtons rompus, « Ce que tu ne comprends pas te rend plus intelligent ». Un écrivain, un directeur de musée et un sociologue y réfléchissent à ce qui nous attend une fois la société industrielle enterrée. « Peut-être devrions-nous nous inspirer de ce que l’âge de la pierre avait de meilleur », lance le quotidien de gauche Information en guise de synthèse. Cette quête de sens transparaît aussi dans le succès de Ce que l’on voit en s’arrêtant, l’essai du moine bouddhiste coréen Haemin Sunim. Il distille réflexions et conseils à « ceux qui trouvent que le monde autour d’eux va un peu trop vite ». Les nostalgiques d’un passé plus ou moins lointain peuvent s’y retrouver. Dans un autre domaine, l’historienne de l’art Charlotte Chris­tensen met à l’honneur l’imagerie de l’« âge d’or », cette période glorieuse de la première moitié du xixe siècle, marquée, entre autres, par l’épanouissement de peintres comme Christoffer Wilhelm Eckers­berg et ses disciples. Autre grande figure de cet âge d’or, au chapitre des idées cette fois, le théologien, écrivain et philosophe Nikolai Frederik Grundtvig fait l’objet d’une monographie, « La mort de Grundtvig ». L’homme mérite-t-il vraiment la place éminente qu’on lui accorde dans l’histoire du royaume ? L’auteur, l’historien Jes Fabricius Møller, relativise. De quoi compliquer un peu plus la tâche aux Danois en quête de repères.

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Apologie de la torture
Bestsellers La plus grande chanson de Toni Morrison
Bestsellers Haro sur les intellos

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.