Mohand Zeggagh : Grandeur et décadence du FLN algérien

Le mouvement de protestation qui a débuté en février en Algérie est une « renaissance », comme le fut l’indépendance en 1962. Pour celui qui fut le plus jeune prisonnier FLN en France, l’avènement d’une démocratie ouverte est désormais possible.


© Document Mohand Zeggagh

Mohand Zeggagh (deuxième en partant de la gauche), dit « Bambino » ou « Tahar », avec des codétenus algériens du FLN à la prison centrale de Loos-lez-Lille, en 1960.

Vous signez votre livre de trois noms : Mohand Zeggagh, mais aussi « Tahar » et « Rachid ». À quoi cela correspond-il ? À trois étapes importantes de ma vie. Le premier est mon véritable état civil. C’est le nom que m’ont donné mes ­parents, et c’est comme cela que m’appellent mes proches et les gens de mon village, Tamas­sit, en Algérie. Les deux autres sont des noms de guerre. Le premier m’a été attribué lors de mon adhésion au FLN, en 1955 ; j’avais alors 16 ans, et je résidais chez mon oncle, à Gennevilliers, où je travaillais à l’usine. Deux ans plus tard, j’ai été arrêté et incarcéré dans l’attente d’être jugé par le tribunal militaire de Paris. D’abord à Fresnes, puis à Loos-lez-Lille, où j’ai côtoyé bon nombre de militants bien plus âgés que moi ; beaucoup sont devenus conseillers, ministres, ambassadeurs de l’Algérie indépendante. Je suis resté en prison jusqu’aux accords d’Évian, en 1962, puis je suis rentré en Algérie, où j’ai exercé moi aussi diverses fonctions au sein de l’appareil d’État, d’abord dans la Zone autonome d’Alger (...
LE LIVRE
LE LIVRE

Prisonniers politiques FLN en France pendant la guerre d’Algérie (1954-1962). La prison, un champ de bataille de Mohand Zeggagh, Publisud, 2012

SUR LE MÊME THÈME

Entretien « L’art est ce qu’on veut qu’il soit »
Entretien « L’enseignement dans les universités ? Du travail d’amateur »
Entretien « Les rapports du Giec masquent les données »

Aussi dans
ce numéro de Books