Nous, les hommes

Nous, les hommes

Seize personnages échangent des confidences dans la chaleur d’un sauna pragois.

Publié dans le magazine Books, février 2019.
Changement de ton. Cette fois, l’écrivain tchèque Jaroslav Rudiš a eu envie de faire rire ses lecteurs, quitte à déloger ses antihéros de leurs bars habituels. On se souvient que, dans le mélancolique La Fin des punks à Helsinki (Books Éditions, 2012), de doux rebelles assistaient à la fin de leur monde dans leur bar miteux, et que, dans le très sombre Avenue Nationale (Mirobole, 2016), un bagarreur passionné d’histoire militaire monologuait rageu­sement depuis la taverne de sa cité pragoise. Très attendu, Česky Ráj, son nouveau ­roman, se lit comme une « tragicomédie masculine ». Plus comique que tragique, assurément, même si « il y est question de la mort, du suicide et de l’histoire, comme dans mes autres livres », explique au site Aktualně.cz l’écrivain de 46 ans qui fut aussi DJ, manager d’un groupe punk, publicitaire (pour de la bière tchèque !) et ­journaliste. À la surprise générale, note le quotidien Dnes, le « paradis tchèque » du titre n’est pas la…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire