L’amour au temps de Tinder
par Virginia Collera

L’amour au temps de Tinder

La prude Espagne de naguère est morte et enterrée. À Madrid et à Barcelone, les applis de rencontres font un malheur, comme à New York. Et là aussi tout le monde s’interroge sur les effets à long terme de ces nouveaux supermarchés du sexe. Signent-ils la mort prochaine de l’amour ?

 

Publié dans le magazine Books, mars / avril 2017. Par Virginia Collera

© Gawrav Sinha / Getty

«C’est comme si le sexe n’avait jamais existé avant Tinder. On est dans cette consommation compulsive propre à la nouveauté. »

C’est un peu comme ­aller dans un magasin de peinture choisir des couleurs ». « Tu ouvres l’application, tu regardes les photos et tu décides : elle oui, elle non. Tu te prends pour Dieu. » « C’est du marketing pur et dur : tu publies les meilleures photos de toi pour te vendre. » « C’est sympa, amusant et excitant. » « Pour moi, c’est Sodome et Gomorrhe. » « C’est très facile de décrocher un rendez-vous. C’est très facile de baiser. On est là pour ça. Les garçons comme les filles. » « C’est tellement simple d’avoir une relation que s’il y en a une qui ne marche pas, tu en cherches une autre » « C’est une autre façon de rencontrer des gens. » « C’est sile, nole (1). Brillant ! » Les célibataires sont de plus en plus nombreux. En 2014, l’Institut national de statistique (INE) dénombrait en ­Espagne 4,4 millions de ménages unipersonnels. En outre, les Espagnols sont les premiers utilisateurs de smartphones en Europe. Internet – entre autres choses – a facilité la rencontre de l’offre et de la demande, sans plus aucun intermédiaire : nous achetons sur eBay, nous cherchons des logements sur Airbnb et nous faisons des rencontres via Tinder, Happn, Badoo ou Adopteunmec. Grindr a été la pionnière des applications de rencontres sur mobile. Son fondateur, l’Américain Joel Simkhai, cherchait depuis longtemps une solution à son problème. Gay, il se demandait toujours qui l’était également autour de lui. Il était bien allé sur des sites Web pour rencontrer des hommes, mais sans résultat satisfaisant. En 2009, il lance Grindr, une application de rencontres…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire