Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour financer notre numéro 100 exceptionnel !

Du plaisir de se faire surpendre

Les auteurs de fiction trouvent dans nos biais cognitifs un allié précieux.

Arthur Conan Doyle, comme la plupart des auteurs de romans ­policiers, semble jouer franc jeu avec le lecteur et lui donner tous les indices nécessaires à la résolution du mystère. Ce n’est pas tout à fait vrai. Il s’appuie sur un de nos biais cognitifs, la « malédiction de la connaissance », assure Vera ­Tobin dans Elements of Surprise. Cette spécialiste américaine des sciences cognitives a étudié des œuvres de fiction (romans ou films) des XIXe et XXe siècles pour comprendre comment notre cerveau de lecteur ou de spectateur se ligue avec l’auteur pour produire l’« effet de surprise ». « Dans son analyse du mécanisme de la “surprise”, ­Tobin mobilise les sciences cogni­tives comme outil précieux de critique littéraire », écrit l’universitaire Gail Marshall dans Times Higher Education. Dans la vie, l’être humain as
sem­ble les informations à sa disposition pour donner un sens à son environnement. C’est ce qu’il fait aussi quand il lit un roman. Mais, à trop vouloir ­assembler les pièces du puzzle, il oublie celles qui lui manquent. Il croit avoir tous les éléments sous les yeux, mais il ne les a pas. C’est la « malédiction de la connaissance », qu’illustre Conan Doyle dans Un scandale en Bohême. À la suite d’une déduction de Holmes, le Dr Watson avoue : « Quand vous me donnez des explications, la chose me ­paraît si simple que je me crois capable d’en faire autant ; et néanmoins, à chaque nouvelle occasion, je me retrouve aussi novice et je ne comprends que lorsque vous m’avez une fois de plus développé votre procédé. » Mais « Tobin ne s’intéresse pas qu’aux romans policiers, aux thrillers et aux coups de théâtre. Elle explique que les œuvres de Shakespeare ou d’Ian McEwan, par exemple, montrent qu’on peut berner ou duper intelligemment le lecteur sans abuser de sa confiance », note la critique Jenny Bhatt dans le webzine PopMatters. Ce n’est pas tant le coup de théâtre qui réjouit le lecteur que le fait d’avoir à redécouvrir l’histoire d’un point de vue nouveau. « Tobin affirme que l’effet de surprise est un “trope de rétrospection” qui dépend de l’interaction de points de vue multiples, précise Gail Marshall. De cette façon, il n’est pas gâché par une deuxième lecture : il est fondé sur une sorte de relecture. » Voilà ce qui fait la saveur d’un film comme Sixième Sens. À la fin, les spectateurs comprennent grâce à la rediffusion de certaines scènes que le personnage principal était mort depuis le début, ce qui semble évident rétrospectivement.
LE LIVRE
LE LIVRE

Elements of Surprise de Vera Tobin, Harvard University Press, 2018

SUR LE MÊME THÈME

Périscope La tragédie de l’euro
Périscope Le 16 mars 1978, une journée particulière
Périscope Ragoût meurtrier

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.