Quand l’Italie finançait le monde

Quand l’Italie finançait le monde

Publié dans le magazine Books, décembre 2013.
Longtemps, « le monde de la finance parla presque exclusivement italien », remarque Stefano Natoli à propos du dernier livre du journaliste Alessandro Marzo Magno. À la Renaissance, résume-t-il dans les pages du quotidien Il Sole 24 Ore, « les obligations étaient libellées en génois ; les riches armateurs achetaient aux Vénitiens des polices d’assurance pour se prémunir contre les risques de naufrage ou de piraterie ; et le toscan passait pour la lingua franca des banquiers ». Pour pallier l’entrave au commerce que représentait la multitude d’États et de cités rivaux de l’époque, banquiers et négociants italiens éprouvèrent le besoin de concevoir des instruments sophistiqués, dans le but de faciliter les échanges à…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire