Requiem pour le brouillard londonien
par Fiona MacCarthy
Temps de lecture 15 min

Requiem pour le brouillard londonien

Le dernier grand smog de Londres date de 1962, mais ce brouillard mythique, dû à la fois à la situation géographique de la capitale britannique et à la pollution atmosphérique, continue à vivre dans la mémoire de ses habitants. Néfaste pour la santé, il a beaucoup inspiré les artistes.

Publié dans le magazine Books, mars/avril 2018. Par Fiona MacCarthy

© Terence Spencer/The LIFE Picture Collection/Getty

« Le long des quais de la Tamise, la brume était parfois si dense qu’on avait même du mal à distinguer nos menottes emmitouflées. »

«Londres. La session judiciaire de la Saint-Michel vient de se terminer, et le Lord Chancelier siège à Lincoln’s Inn Hall. Implacable temps de novembre. Autant de boue dans les rues que si les eaux du Déluge venaient tout juste de se retirer de la surface de la terre et qu’il n’était pas exceptionnel de rencontrer un mégalosaure de quarante pieds de long se dandinant comme un lézard éléphantesque pour gravir la colline de Holborn. La fumée tombe des tuyaux de cheminée en une bruine molle et noire, traversée de flocons de suie aussi larges que des flocons de neige adultes, dont on pourrait croire qu’ils portent le deuil du soleil. » (1) Les lignes sur lesquelles s’ouvre le ­roman Bleak House, de Charles Dickens [dont le titre a parfois été traduit par La Maison d’Âpre-Vent], évoquent un phénomène propre au climat ­anglais, qui a duré depuis l’époque élisabéthaine jusqu’au début des années 1960, avec un pic dans les dernières années du XIXe siècle. Cet épais brouillard de Dickens en était venu à caractériser Londres au point que les visiteurs étrangers l’attendaient et se sentaient un peu floués s’il n’était pas au rendez-vous. Quand le président du Conseil des ­ministres de l’Union soviétique Nikolaï Boulganine se rend en visite officielle à Londres en 1956, il a eu le tact de féliciter ses hôtes – de façon certes un peu prématurée – sur les changements qu’a apportés au climat londonien la toute récente loi sur la qualité de l’air : « Il me…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.