L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Lu d'ailleurs
Temps de lecture 1 min

Ces riches qui nous veulent du bien

Lorsque le journaliste et essayiste américain Anand Giridharadas a rejoint en 2011 les rangs du prestigieux Institut Aspen, c’est comme si le loup était entré dans la bergerie. Ce think tank se veut un lieu d’échange des élites mondialisées désireuses de réfléchir aux grands enjeux contemporains. Siégeant au milieu de riches patrons officiant chez Goldman Sachs ou Facebook, le journaliste ne tarde pas à flairer l’existence d’une embarrassante contradiction dans la posture de ces philanthropes si soucieux de faire le bien, alors même que leurs entreprises sont parmi les plus nocives pour la société.

L’illusion réconfortante du gagnant-gagnant

De cette incursion dans la sphère des ultrariches, Giridharadas a tiré un livre, Winners Take All, dans lequel il « se moque sans pitié des riches qui voudraient bien tout changer sauf les règles qui permettent et protègent leur statut. Il tourne en dérision ces concepts qu’ils ont forgés, tels que “gagnant-gagnant”, cette idée qu’il n’y a pas de tension entre garnir son portefeuille et faire le bien », commente Lucia Graves dans The Guardian.

Ce que fustige l’auteur, ce n’est pas la philanthropie en tant que telle, mais son usage comme « appareil de justification ». Plutôt que de remettre en question le fonctionnement même de nos sociétés, certains ploutocrates préfèrent financer d’extravagants projets destinés à résorber les inégalités – inégalités dont eux-mêmes bénéficient, pointe le journaliste. En somme, tout ce beau monde semble souffrir de dissonance cognitive.

Les riches champions du don

Giridharadas dresse le portrait de ceux qu’il appelle les « champions du don », ces chefs d’entreprise qui se sont distingués pour leur largesse. Il s’intéresse par exemple aux Sackler, une illustre famille de philanthropes américains. Ils ont bâti leur fortune (13 milliards de dollars) grâce à l’industrie pharmaceutique, notamment la vente de médicaments opiacés. C’est leur entreprise, Purdue Pharma, qui a mis sur le marché l’OxyContin, cet antidouleur extrêmement addictif accusé d’être à l’origine de la crise des opioïdes aux États-Unis. Paradoxalement, ce que l’on retient des Sackler, ce sont leurs activités philanthropiques, souligne l’auteur. Une aile du Metropolitan Museum de New York porte leur nom. Même le Louvre leur rend hommage : l’aile nord de la cour Carrée a été réaménagée grâce « à la générosité de Theresa Sackler », précise le site du musée.

 

À lire aussi dans Books : « Rentables, vous dis-je ! », mars 2013.

LE LIVRE
LE LIVRE

Winners Take All: The Elite Charade of Changing the World de Anand Giridharadas, Knopf, 2018

SUR LE MÊME THÈME

La raison mise à mal
Lu d'ailleurs Dans les poches des femmes
Quand la philosophie dérape

Dans le magazine
BOOKS n°99

DOSSIER

La forêt et nous

Société

« Où est le tigre, où est le tigre ? »

par Aman Sethi

Médecine

La sylvothérapie déferle sur l’Occident

par Nathalie Atkinson

Bestsellers

Cauchemar bucolique

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.