Sois cool, résiste !

Le cool est à l’origine une philosophie de la vie, une forme de rébellion née dans la culture noire américaine en réaction au racisme.


Lester Young, 1946/ Library of Congress
Le mot « cool » est si cool qu’il transcende les géné­rations. Présent ­depuis des décennies dans le vocabulaire des Français, il qualifie aussi bien la dernière paire de lunettes vintage que les Beatles. Depuis les années 1980, il désigne tout ce qui est populaire et à la mode, et ce des deux côtés de l’Atlantique. C’est pourtant un tout autre sens qu’il avait à l’origine aux États-Unis. Dans The Origins of Cool in Postwar America, Joel Diner­stein, professeur de civilisation américaine à l’université de Tulane, aborde ce concept sous l’angle « de la théorie, de l’histoire et de la culture populaire », précise Megan Volpert dans le magazine en ligne Popmatters. Il montre que le cool n’est pas juste un style, mais une « philosophie incarnée », ancrée dans un contexte générationnel bien particulier, note David Brooks dans The New York Times. « Le cool était avant tout une forme de résistance et de rébellion, un rejet de l’innocence et de l’optimisme de l’après-guerre. Le concept est né au sein de la culture ...
LE LIVRE
LE LIVRE

The Origins of Cool in Postwar America de Joel Dinerstein, University of Chicago Press, 2017

SUR LE MÊME THÈME

Périscope Le mal du siècle
Périscope Le Mossad sans testostérone
Périscope Le bois a fait l’homme

Aussi dans
ce numéro de Books