Submergés, vraiment ?
par Frank Furedi

Submergés, vraiment ?

L’affaire paraît entendue : Internet entraîne une surcharge d’information, qui menace notre capacité de concentration et nuit à l’accès au savoir. Mais ce lamento est-il vraiment justifié ? Socrate s’inquiétait déjà de l’impact de l’écriture sur la pensée. Et l’avènement de l’imprimerie a provoqué une réaction comparable à celui du smartphone. Ces Cassandre avaient tort. Avons-nous aujourd’hui plus de raisons d’avoir peur ?

 

Publié dans le magazine Books, septembre - octobre 2016. Par Frank Furedi

©Meyer/Tendance Floue

L’amour non connecté est-il une relique du passé ? « La technologie nous fait oublier ce que nous savons de la vie », s’inquiète la sociologue Sherry Turkle.

Nous voilà entrés dans « l’ère de la distraction », nous dit-on : le rythme frénétique du changement technologique rend difficile, voire impossible, de se concentrer sur des livres ou des textes complexes. Dans les universités, de nombreux enseignants prétendent que l’envahissante habitude de surfer sur Internet a tué le goût des étudiants pour la lecture soutenue et profonde. Nos facultés d’attention sont sans cesse mises au défi par l’irrésistible production et circulation de l’information, répète-t-on aussi. L’« anxiété informationnelle », la « surinformation », est considérée comme une donnée de base de la vie au XXIe siècle. Depuis la parution en 1989 d’Information Anxiety, le best-seller signé Richard Wurman (le futur fondateur des célèbres TED talks), le lamento sur les pathologies de la surinformation est un thème récurrent du débat culturel. Nous utilisons souvent la métaphore du flot pour évoquer le torrent d’informations numériques, convaincus que si nous ne sommes pas tous en train de nous noyer, du moins sommes-nous tous submergés. Les entreprises, entend-on volontiers, sont « noyées sous les données », et faire preuve de créativité « face au déluge d’informations » est réputé difficile, sinon impossible. Ladite surcharge semble d’ailleurs ne pas inhiber seulement la créativité ; elle serait aussi responsable d’une multitude de maux divers et variés. En phase avec la sensibilité thérapeutique des sociétés occidentales, les inquiétudes suscitées par la surinformation s’expriment souvent en termes de diagnostic médical. Le langage de la psychologie et, de plus en plus, celui des neurosciences, sont mobilisés pour légitimer l’idée que l’explosion de l’information numérique nuit à la santé…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire