Trump expliqué par Richard III

Trump expliqué par Richard III

Un éminent spécialiste de Shakespeare plonge dans les œuvres du dramaturge anglais à la recherche de clés sur la tyrannie politique. Un peu tiré par les cheveux.

Publié dans le magazine Books, novembre 2018.
«Au début des années 1590, Shakespeare s’attela à l’écriture d’une pièce qui répon­dait à la question suivante : comment un grand peuple se retrouve-t-il gouverné par un sociopathe ? », écrivait Stephen Greenblatt, célèbre spécialiste américain du Barde, en octobre 2016 dans The New York Times. C’était à la veille de l’élection présidentielle américaine, et Greenblatt s’appuyait sur Richard III pour adresser une mise en garde à ses concitoyens : « Les écrits de Shakespeare ont l’extraordinaire pouvoir de transcender les époques et les lieux et nous parlent directement. Nous comptons toujours sur lui, dans les périodes de perplexité, pour nous apporter des vérités ­humaines. C’est le cas à présent. Ne pensez pas que cela ne puisse pas arriver, alors ne gaspillez pas votre vote. » Le résultat de l’élection ayant confirmé « ses pires craintes », Greenblatt a éprouvé la nécessité de creuser le sujet de son article et d’en faire un livre, explique le critique Alasdair Lees dans The Independent. Dans Tyrant, il ­bâtit une « grammaire de la tyrannie », en se fondant sur les œuvres complètes du dramaturge ­anglais et certains de ses monstres les plus notables, de Richard III à Macbeth en passant par Coriolan, Jules César et le roi Lear », écrit Robert McCrum dans The Observer. « Comme le montre Greenblatt avec finesse, Shakespeare théâtralise l’exercice même du pouvoir : la façon dont les sujets et les collaborateurs en viennent à être complices par séduction ou par indifférence », souligne l’universitaire John Mullan dans The Guardian. Dans le chapitre consacré à Richard III, Greenblatt fait…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire