Une passion anglaise

En partie consacré à Napoléon, le musée ouvert dans la demeure de Wellington est tout un symbole. Au plus fort des hostilités, l’Empereur comptait d’ardents supporters en Angleterre. Le vainqueur de Waterloo lui-même ne cachait pas sa fascination pour ce parvenu de « Buonaparte ». Aujourd’hui encore, certains regrettent sa défaite.


«Gulliver manœuvrant à bord de son petit bateau» (1804). Une autre planche de la série de James Gillray Le Roi de Brobdingnag et Gulliver.

Dans le majestueux vestibule de ce quasi-palais, ce qu’on remarque, c’est la statue : un immense nu en marbre blanc d’Antonio Canova, Napoléon en Mars pacificateur (!). Au mur, des tableaux de batailles napoléoniennes (les défaites), dans les armoires et sur les tables, quantité de « napoleonia » en orfèvrerie ou en porcelaine, notamment un service en sèvres de 102 pièces ayant pour décor la campagne d’Égypte. Où sommes-nous donc ? Mais à Apsley House, la somptueuse demeure londonienne de Wellington, le vainqueur de Waterloo.
La plupart de ces objets sont des cadeaux des royautés euro­péennes, dont Wellington a préservé le trône ou auxquelles il l’a restitué (comme les Bourbons, donateurs du service en porcelaine, fabriqué à l’origine pour Joséphine). Mais Wellington témoi­gnait aussi envers sa ­fameuse victime d’une ambivalence commune à bien des Britanniques. D’un côté, il considérait son adversaire, qu’il persistait à appeler « Buonaparte », comme un parvenu sans foi ni loi, un métèque acharné à détruire toutes les monarchies européennes l’une après l’autre. De l’...

LE LIVRE
LE LIVRE

La Symphonie Napoléon de Anthony Burgess, Robert Laffont, 1977

SUR LE MÊME THÈME

Dossier La nouvelle guerre froide
Dossier La nouvelle Inquisition
Dossier Quel avenir pour le cinéma ?

Aussi dans
ce numéro de Books