Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

Lu d'ailleurs
Temps de lecture 1 min

La vie des trolls

« Nous avons bâti Reddit autour d’un principe simple : nos lecteurs seront nos rédacteurs en chef », explique Steve Huffman, co-fondateur du célèbre forum en ligne. Mais Huffman et son associé Alexis Ohanian n’ont jamais précisé quel type de rédacteurs en chef ils espéraient attirer. Leur plateforme est ainsi devenue un repaire de trolls, de nihilistes, de nationalistes radicaux, de conspirationnistes et de suprématistes blancs… Bref, de tous ceux dont le but est de subvertir la parole et le débat de manière à ronger la société.

Propagation de la haine

Dans son premier livre Antisocial, le journaliste du New Yorker Andrew Marantz explique comment ces champions autoproclamés de la liberté d’expression exploitent la prétendue neutralité des réseaux sociaux pour propager la haine. « La plupart d’entre eux sont enragés, amers, et pour ce qui est de leur vie en dehors du Net profondément médiocres, résume la critique Jennifer Szalai dans The New York Times. Leur soif d’attention est si désespérée que c’est à la fois répugnant et poignant. » Ils ne semblent avoir qu’un but, détruire, et peu importe quelle société émergera des décombres.

Champions autoproclamés de la liberté d’expression

Face à ces professionnels de la subversion, Marantz déplore l’avènement d’une société de l’information « darwiniste », où l’important est de retenir l’attention du public sans se soucier du contenu et regrette le temps où les journalistes arbitraient le discours public. « Son point de vue sur les médias traditionnels ressemble à la fameuse remarque attribuée à Churchill sur la démocratie, le pire des systèmes à l’exception de tous les autres. Mais comprendre pourquoi tant d’Américains se détournent des médias traditionnels ne semble pas l’intéresser », note le journaliste Oliver Conroy dans The Guardian.Un argument qu’utilise d’ailleurs Mike Cernovich, à qui Marantz consacre plusieurs pages dans son livre, pour se présenter une nouvelle fois en champion de la liberté d’expression dans une note sur l’ouvrage publié sur son blog.

 

Et c’est bien là « le tabou ultime » que soulève Marantz, relève Conroy : faut-il limiter la liberté d’expression quand ses abus ont des conséquences concrètes?

À lire aussi dans Books : On lynche bien sur internet, septembre 2015.

LE LIVRE
LE LIVRE

Antisocial. Online Extremists, Techno-Utopians, and the Hijacking of the American Conversation de Andrew Marantz, Viking, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Pour l’amour des nécrologies
Hollywood plutôt que Godard
Peut-on simuler la folie ?

Dans le magazine
BOOKS n°102

DOSSIER

Vieillir... mais comment et jusqu'où ?

Jadis & naguère

Portrait du tyran en enfant malheureux

par Jean-Louis de Montesquiou

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Histoire

Les États-Unis doivent leur naissance au rhum

par Wolfgang Lechner

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.