Suède : voter et mourir de faim

Il y a cent cinquante ans, la Suède connut une famine sévère due au climat mais aussi à de mauvais choix politiques.


© Bonnier

Dans Svälten, l’historien Magnus Västerbro démontre la frugalité et la fragilité de la Suède des années 1867-1869.

Récompensé l’année dernière à Stockholm par le prestigieux prix August dans la catégorie essais, Svälten: hungeråren som formade Sverige (« Famine : les années de disette qui ont façonné la Suède ») revisite la grande famine qui décima la Suède durant les ­années 1867-1869, « une des plus grandes catastrophes natu­relles » qui aient jamais frappé le pays. Elle ­débuta dans ses contrées septentrionales, avec un hiver extrêmement rigoureux. Le dégel ne commença qu’à la Saint-Jean. Dès le mois suivant, le mercure repassait sous zéro. Il fallut attendre l’été 1868 pour retrouver des températures plus clémentes. C’est alors que la séche­resse toucha le sud du pays, ruinant les récoltes. L’auteur, l’historien Magnus Västerbro, « montre à quel point, il y a tout juste cent cinquante ans, la Suède était frugale et fragile », constate le quotidien Expressen. Le bilan humain s’éleva à environ 27 000 morts. On dénombra quelque 60 000 naissances de moins que d’habi­tude. Pour survivre, les Suédois émigrèrent en nombre croissant – jusqu’à 39 000 en 1869 – au Danemark, en Allemagne et surtout aux É...
LE LIVRE
LE LIVRE

Svälten: hungeråren som formade Sverige de Magnus Västerbro, Bonnier, 2018

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Un tournant introspectif
Bestsellers Un roman monstre
Bestsellers Aux origines de la violence

Aussi dans
ce numéro de Books