L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

À quoi a servi la Résistance ?

Sauvegarder cet article

Si la Résistance n’avait pas existé, les choses se seraient-elle passées différemment ? Pour l’historien américain Robert Paxton, c’est le livre d’Olivier Wieviorka qui permet le mieux de répondre à cette question. Paxton résume ses propres conclusions en quelques paragraphes. Grosso modo, la réponse est non. « La plupart des actions de résistance en France ont échoué. Elles ont abouti à l’arrestation ou à la mort des responsables et, de façon bien plus regrettable, à de terribles représailles contre des villageois de la région, qui bien souvent voyaient les résistants d’un mauvais œil. Chaque tentative de la Résistance pour prendre l
e contrôle d’un territoire avant le Débarquement a été écrasée par les forces allemandes, avec l’aide de la Milice. Le plateau des Glières, par exemple, ou le mont Mouchet, dans le Massif central. » La rue principale de la ville de Tulle a été ornée des corps de quatre-vingt-dix-neuf résistants pendus aux lampadaires. Les principaux succès du mouvement ont consisté à fournir des informations sur l’emplacement et la puissance des unités allemandes, à quoi s’ajoutent des opérations de sabotage et le recueil d’aviateurs alliés. Mais, globalement, « la Résistance n’a pas modifié l’issue de la guerre ». Elle a eu moins d’impact que la résistance en Yougoslavie ou en URSS. Il est vrai que le pouvoir a été transféré paisiblement à la Libération : pas de conflit armé comme en Yougoslavie, en Belgique ou en Grèce. « Wieviorka montre que les dirigeants de la Résistance n’ont curieusement joué qu’un rôle mineur dans la vie politique au lendemain de la guerre. Ils se sont mal adaptés à la politique électorale. » Finalement, « le principal impact de la guérilla a sans doute été de racheter l’humiliation subie en 1940 ». Comme le remarqua le journaliste et résistant Roger Stéphane, « cela nous a permis de regarder sans rougir un soldat russe, britannique ou américain ».
LE LIVRE
LE LIVRE

Histoire de la Résistance, 1940-1945 de Olivier Wieviorka, Perrin, 2013

SUR LE MÊME THÈME

Francophilies Les « gilets jaunes » sont-ils « le peuple » ?
Francophilies Napoléon, un homme (presque) ordinaire
Francophilies Diderot, le plus incorrect des penseurs français

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.