Andrea Dworkin, plus actuelle que jamais

On l’a caricaturée en harpie antisexe. Mais cette théoricienne du féminisme doublée d’une esthète du langage savait parfaitement de quoi elle parlait. Pas étonnant qu’elle ait prédit le mouvement #MeToo dès les années 1970.


© Stephen Parker / Alamy Stock Photo

Andrea Dworkin à Londres, en 1988. Tout le monde n’adhère pas à son discours, mais elle a indéniablement appris aux femmes à se faire entendre. Pour fuir le « désespoir muet » elles ont dû se défaire de la honte.

« J'avoue, je suis dans un état d’excitation permanent,   je me ­demande si ça va passer, ou bien aller crescendo de jour en jour jusqu’à sa sortie dans un an. » Quatorze ans après la mort d’Andrea Dworkin, la caricature que l’on a fait d’elle – une féministe en rogne, antisexe, en sur­poids et en salopette informe – reste si prégnante qu’il est déconcertant de lire ces mots d’elle jeune sur une carte postale adressée à ses parents. Dworkin semble excitée à l’idée de publier son premier livre et tout essoufflée avec sa ponctuation et ses espaces un peu chaotiques.   Ce passage [daté d’avril 1973] ouvre Last Days at Hot Slit (« Derniers jours à Fente-Chaude »), un recueil de ses textes établi par Johanna Fateman et Amy Scholder. Suit un extrait du livre en question, publié en 1974 sous le titre Woman Hating, un pamphlet au vitriol dénonçant les violences faites aux femmes dans toutes ses manifestations culturelles, des contes de fées à la presse porno de contre-culture.   Last Days at Hot Slit présente l’œuvre de Dworkin de 1973 à 1999 dans ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Last Days at Hot Slit. The Radical Feminism of Andrea Dworkin de Andrea Dworkin, Semiotext(e), 2019

SUR LE MÊME THÈME

Société Pourquoi les universités américaines sont les meilleures
Société Comment 2020 est devenue l’année de la guillotine
Société Dernier hiver à Benidorm

Aussi dans
ce numéro de Books