Bernard Croisile : « Seules certaines formes de mémoire s’altèrent avec l’âge »

Un souvenir est un livre dont les pages sont distribuées dans le cerveau. Il vit sa vie. Certains passages sont effacés, d’autres changent avec le temps. Mais la mémoire liée au savoir s’améliore avec l’âge et toutes les autres formes peuvent être entretenues et améliorées.

Books : Sommes-nous capables de nous rappeler le même événement deux fois de la même manière ?

Bernard Croisile : Nous manquons d’un modèle expérimental qui permettrait de trancher. Mais la réponse est sans doute non, tant la récupération d’un souvenir mobilise d’informations sensorielles et émotionnelles. On voit aussi que, plus on raconte un événement, lié aux vacances par exemple, plus le souvenir devient prototypique. Il y a un noyau dur qui efface des traits secondaires, et si vous racontez le même événement deux ans plus tard, le noyau dur lui-même s’est un peu modifié.

Pensez-vous malgré tout que certains souvenirs restent intacts et ne sont pas reconstruits ?

Un souvenir est toujours reconstruit. Ce n’est pas un film produit par une caméra. Ce n’est pas le souvenir lui-même que l’on stocke, mais ses traces sensorielles, motrices, é...

SUR LE MÊME THÈME

Dossier Quel avenir pour le cinéma ?
Dossier Testez vos préjugés !
Dossier Comment connaître ses propres préjugés ?

Aussi dans
ce numéro de Books