Charlemagne après le Brexit

Charlemagne après le Brexit

La question de savoir si l’empereur d’Aix-la-Chapelle peut être considéré comme le père de l’Europe refait surface.

 

Publié dans le magazine Books, mars / avril 2017.
Fondé en 1949, le prix Charlemagne est accordé chaque année à « une personnalité remarquable qui s’est engagée pour l’unification européenne ». Après avoir été décerné au pape François en 2016, le prix 2017 a été accordé à l’historien et essayiste britannique Timothy Garton Ash, contempteur du Brexit et pourfendeur des populistes de tout poil. La traduction en anglais de la dernière des nombreuses biographies de Charlemagne, celle de l’Allemand Johannes Fried incite l’historien américain Michael Kulikowski à mettre en doute le choix de Charlemagne comme figure de proue de l’idée européenne : « Charlemagne a été le génocidaire [en français dans le texte] de la Saxe païenne. Il était certes un unificateur de l’Europe, mais à la manière d’Hitler ou de Napoléon, pas de Vaclav Havel ou du pape François », écrit-il dans le Wall Street…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire