Chroniques de Bahreïn

L’Espagnol Emilio Sánchez Mediavilla a vécu deux ans dans une petite pétromonarchie du Golfe. Il décrit son quotidien d’expatrié dans une société frisant parfois la schizophrénie. 


Bahreïn est un petit État insulaire de la péninsule Arabique. Un écrivain espagnol en décrit les paradoxes dans Une datcha dans le Golfe. © Chris Steele-Perkins / Magnum

Connaissez-vous Bahreïn ? Probablement pas, de même qu’Emilio Sánchez Mediavilla n’avait jamais entendu parler de cette petite île du golfe Persique avant de s’y installer en 2014. « Bahreïn, écrit-il, est un endroit qui n’est ni le Qatar, ni Dubaï, ni Abu Dhabi, qui ne fait pas non plus partie des Émirats arabes unis, qui n’est pas davantage l’Arabie saoudite, ni aucun des aéroports du Moyen-Orient où tu as fait escale un jour que tu volais vers la Thaïlande. » Au lecteur qui aspirerait à une définition plus positive, on peut dire que Bahreïn est une île semi-désertique peuplée de 1,7 million d’habitants, reliée par un pont à l’Arabie saoudite. Ajoutons que le pays est à majorité chiite, mais qu’il est gouverné par une monarchie sunnite, et qu’il occupe la 167place, sur 180, dans le classement mondial de la liberté de la presse.

C’est donc dans cette contrée pas franchement hospitalière que l’éditeur espagnol Emilio Sánchez Mediavilla a vécu ...

LE LIVRE
LE LIVRE

Une datcha dans le Golfe de Emilio Sánchez Mediavilla, Métailié, 2022

SUR LE MÊME THÈME

En librairie Arthur, Lancelot et tous les autres
En librairie Le confort à tout prix
En librairie Rancœurs taïwanaises

Aussi dans
ce numéro de Books