Comment l’Annapurna et l’Everest furent vaincus

Dans les années 1950, Français, Suisses et Britanniques se tirent la bourre pour gravir les premiers les plus hauts sommets du monde. Une affaire de prestige où l’entregent diplomatique joue un rôle au moins aussi crucial que le talent et la détermination des alpinistes. 


L’alpiniste et explorateur néo-zélandais Edmund Hillary et le Sherpa Tenzing Norgay près du sommet, lors de la première conquête de l’Everest, le 28 mai 1953. © Granger - Historical Picture Archive / Alamy

Lamélioration des liens diplomatiques [du Népal] avec les pays occidentaux était plus qu’excitante pour les alpinistes du monde entier. L’Himalaya et le Karakoram comptent quatorze montagnes de plus de 8 000 mètres, dont huit se trouvent au Népal en tout ou partie. Si un certain nombre de grimpeurs avaient dépassé cette altitude, aucun des pics n’avait été atteint avant 1950 et toutes les cimes népalaises restaient hors d’atteinte. En 1960, ce n’était plus le cas que d’une seule. En 1956, sept des huit népalaises étaient vaincues. Ce fut une véritable orgie d’alpinisme. Plusieurs, tant avant qu’après guerre, avaient souhaité que des grimpeurs de pays divers puissent s’associer pour escalader ces géants. Cela ne se produisit pas. Une seule équipe internationale s’était attaquée à l’une des cimes de 8 000 mètres, le Dhaulagiri, septième sommet du monde. Les personnes privées ne pouvaient se permettre ces escalades qui nécessitaient l’intervention d’associations sportives nationales, seules capables de réunir les financements et de triompher des difficultés diplomatiques pour les permis ...

LE LIVRE
LE LIVRE

Himalaya. Une histoire humaine de Ed Douglas, Éditions Nevicata, 2022

SUR LE MÊME THÈME

Extrait - Non-fiction Comment naissent les idées
Extrait - Non-fiction Une grande voyageuse se souvient
Extrait - Non-fiction Les dessous du match du siècle

Aussi dans
ce numéro de Books