Il vous manque un numéro de Books ? Complétez votre collection grâce à notre boutique en ligne.

Démangeaisons

« Dix livres publiés en dix ans ont fait de Sergio del Molino le maître d’un genre bien à lui, qui conjugue chronique autobiographique et enquête journalistique fouillée », note le quotidien El País. Cette alchimie particulière explique en partie le succès de La España vacía (« L’Espagne vide »), l’essai que l’auteur a consacré en 2016 au dépeuplement de l’Espagne intérieure.

Dans La piel, del Molino ne s’intéresse plus à la géographie d’un pays, mais à celle, plus intime, de l’épiderme : l’écrivain souffre de psoriasis, une maladie inflammatoire qui se caractérise par l’apparition de plaques sur la peau. Fidèle à sa méthode, il mêle le récit de sa propre expérience à une recherche sur des personnages célèbres affligés du même mal – Vladimir Nabokov, Pablo ­Escobar, Staline… Comme toute maladie chronique, le psoriasis façonne la personnalité de celui qui en souffre, estime del Molino. La pulsion meurtrière de Staline découlerait ainsi du dégoût que lui inspirait son corps. Chez l’auteur, la maladie a suscité un goût prononcé de la solitude.Mais il ne cède « ni à la complaisance, ni à l’exhibition de la souffrance », observe le quotidien catalan El Periódico.

LE LIVRE
LE LIVRE

La piel (« La peau ») de Sergio del Molino, Alfaguara, 2020

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers L’hypothèse Dara Shikoh
Bestsellers Pas fous ces Romains
Bestsellers Kundera ou l’éternel débat

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.