L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Démystifier le fascisme

Beaucoup d’Italiens continuent de prêter à Mussolini des réalisations positives. Un historien rétablit les faits.

C'est un petit ouvrage de 130 pages qui, ­depuis sa parution, en mars, ne quitte pas le sommet des classements transalpins. Un phénomène éditorial au titre trompeur : Mussolini ha fatto anche cose buone (« Mussolini a aussi fait de bonnes choses ») n’est pas un panégyrique du Duce, au contraire ! Comme l’indique son sous-titre – « Les inepties qui continuent à circuler sur le fascisme » –, cet essai de l’historien Fran­cesco Filippi se veut un manuel d’auto­défense ­citoyenne à destination du grand public. Il déconstruit une par une, sur le principe du fact checking, les contrevérités sur les supposés bienfaits du ventennio fasciste (1922-1943). Grâce à Mussolini, les Italiens auraient enfin eu droit à une pension de retraite ? Faux : le système de retraites date de 1895 et le droit à pension a été étendu à tous les travailleurs dès 1919. L’assainissement des marais Pontins ? Un grand coup de pub : Mussolini n’a
accompli qu’un peu plus de 6 % des travaux d’assèchement, commencés avant lui et achevés après la guerre grâce au plan Marshall et à la Cassa del Mezzogiorno. « Filippi est presque toujours chirurgical dans sa façon de ­recontextualiser les faits, souligne le journaliste Marco Bracconi dans le quotidien La ­Repubblica. Les chapitres les plus incisifs sont consacrés aux femmes, à la corruption des classes dirigeantes, à la lutte antimafia et à l’idée odieuse que le régime ne serait devenu raciste qu’après 1938. » Mais pourquoi ces légendes sont-elles si vivaces ? Historien des mentalités et par ailleurs président d’une association qui organise des voyages mémoriels et des parcours de formation dans les écoles, Filippi avance une explication : « Contrairement aux Allemands, les Italiens n’ont jamais fait leur examen de conscience ni réglé leurs comptes avec le passé. » Le spécialiste du fascisme Amedeo Osti Guerrazzi va plus loin dans le quotidien La Stampa : « Dès 1945, les ex-fascistes de Salò ont publié un tas de livres et pamphlets, lançant une véritable campagne médiatique pour ­gagner la guerre des mémoires. Avec la complicité involontaire de certains historiens professionnels dépourvus de distance critique, ils ont créé cette vulgate qui a trouvé un grand écho chez un peuple encore habité par la culpabilité d’avoir soutenu le régime. Résultat ? Aujour­d’hui, un historien comme ­Filippi doit se coltiner la tâche ingrate de décons­truire ce qu’on appelait naguère des “bobards” et qu’on désigne à présent sous le nom de fake news. » Venu présenter son ouvrage près de Varèse, l’auteur a été pris à partie par un groupe néofasciste en ces termes : « On ne touche pas à Mussolini ! » Preuve de l’importance de cette ­« leçon sur un passé qui ne passe pas », ­selon les mots du journaliste et intellectuel Corrado Stajano dans le quotidien Corriere della Sera.
LE LIVRE
LE LIVRE

Mussolini ha fatto anche cose buone. Le idiozie che continuano a circolare sul fascismo de Francesco Filippi, Bollati Boringhieri, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Famille de dépressifs
Bestsellers Le journaliste qui dérange
Bestsellers Pensée captive

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.