Soutenez la presse indépendante ! Abonnez-vous à Books, à partir de 8€/mois.

Dissidence punk

Punk, skin, techno, hip-hop… Les sous-cultures fournissent matière à de nombreux ouvrages à succès en République tchèque. « La plupart des sous-cultures ont été importées et s’inspirent d’un esprit consumériste qui s’est beaucoup développé ici à cause du postsocialisme. Les gens voient ces styles comme des produits de consommation », expliquait en 2013 la socio­logue Michaela Pixová sur le site de Radio Prague.

Un point de vue remis en cause par l’ouvrage collectif Mikrofon je naše bomba. Politika a hudební subkultury mládeže (« Le micro est notre bombe. Politique et sous-cultures jeunes ») . «Les sous-cultures ne relèvent-elles que du divertissement ? » interroge la revue Literární Noviny. Ne s’inscrivent-elles pas dans la continuité de la dissidence ? Quel est leur rapport à la société de consommation ?

Le magazine Hisvoice salue l’ambition des réponses appor­tées par les auteurs, des chercheurs reconnus offrant « une remise à plat conceptuelle et un approfondissement des ­recherches sur la “panique ­morale” de la majeure partie de la société, qui rejette les sous-cultures ». On y apprend qu’il existe des skins antiracistes, que les punks perpétuent le patriar­cat et que les hard-rockeurs cultivent la mélancolie.

LE LIVRE
LE LIVRE

Mikrofon je naše bomba. Politika a hudební subkultury mládeže de Jan Charvát, Bob Kuřík et al., Torst, 2018

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Requiem pour une sœur
Bestsellers Une grande épopée familiale
Bestsellers Enfants du Groenland

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.