Engels, l’indispensable féal

Sans l’argent gagné par Engels sur le dos des ouvriers du textile, Marx aurait-il jamais écrit Le Capital ? Une nouvelle biographie dissèque la singulière amitié entre les deux hommes, et dévoile les ambiguïtés du bourgeois résolument viveur et boursicoteur qu’était Engels.

Marx est de retour en vogue. Pendant quelques décennies, les marxistes furent pourtant une espèce en voie de disparition. Aujourd’hui, l’effondrement du capitalisme dope leur cote et Le Capital est un bestseller en Allemagne. La biographie de Tristram Hunt sur l’énigmatique collaborateur de Marx, Friedrich Engels, ne pouvait tomber davantage à point nommé. « Marx était un génie. Nous avions, tout au plus, un peu de talent », déclara un jour Engels, plumitif socialiste qui eut le bon sens de s’associer au génie Marx. C’est cette amitié qui le distingua des autres révolutionnaires en herbe, oubliés depuis longtemps, qui buvaient et discutaient dans les bars de Bruxelles jusqu’à trois heures du matin, dans les années 1840. Mais, comme le précise Tristram Hunt, Engels ne fut pas seulement le comparse de Marx. Sans lui, l’auteur du Capital n’aurait sans doute jamais réussi. Les deux hommes étaient liés par une relation de dépendance réciproque comparable à bien des égards à un mariage. La grande contribution d’Engels à l’histoire du monde ne fut en rien révolutionnaire. Après avoir participé (trè...
LE LIVRE
LE LIVRE

Le communiste en redingote. La vie révolutionnaire de Friedrich Engels de Engels, l’indispensable féal, Allen Lane

SUR LE MÊME THÈME

Biographie « Mourez si vous ne pouvez faire autrement, mais ne tuez pas ! »
Biographie Noël Coward : « le talent d’amuser », et plus
Biographie Ombres et lumières du marquis de Pombal

Aussi dans
ce numéro de Books