Hans et Monika

Lui avait servi la propagande nazie, elle fut une figure flamboyante et tragique de l’extrême gauche sud-américaine. Un nouveau livre retrace les destins des Ertl, père et fille.

Voici « une histoire si incroyable qu’elle pourrait être tirée d’un roman de Thomas Pynchon : on y croise Leni Riefenstahl et Che Guevara, des nazis et des guérilleros, la jungle bolivienne et le sommet himalayen du Nanga Parbat, des caméras et des revolvers, Hambourg et Cuba », s’enthousiasme Alexander Cammann dans Die Zeit. Cette histoire, qui vient de faire l’objet d’un nouvel ouvrage remarqué outre-Rhin, c’est celle de Monika Ertl et de son père Hans. 

Lui s’est installé en Bolivie après la guerre : en Allemagne, même s’il n’avait pas lui-même été nazi, il avait servi la propagande du régime en collaborant avec Leni Riefenstahl comme cameraman. C’est un pionnier du film documentaire. Elle est l’une des plus étonnantes figures de l’extrême gauche des années 1960 et 1970. Son principal fait d’armes : l’assassinat le 1er avril 1971 du consul général de Bolivie, Roberto Quintanilla, dans son bureau de Hambourg. Même ...

LE LIVRE
LE LIVRE

Surazo. Monika und Hans Ertl: Eine deutsche Geschichte in Bolivien de Karin Harrasser, Matthes & Seitz Verlag, 2022

SUR LE MÊME THÈME

Périscope Deux idées pour Pap Ndiaye
Périscope Martha Graham, l’incandescente
Périscope Éros contre Thanatos

Aussi dans
ce numéro de Books