L’irrésistible ascension de Satan

Aucun des monothéismes n’accorde autant d’importance au diable que le christianisme. Est-ce à dire que le pouvoir de Dieu y est plus limité ? Depuis deux millénaires, théologiens et philosophes ont dû modifier sans cesse l’image du Malin afin qu’elle reste à la fois crédible et effrayante.


© Palazzo Pubblico, Sienne / Collection Dagli Orti

La tyrannie représentée sous les traits de Satan. Détail de l’Allégorie du mauvais gouvernement (1340), fresque d’Ambrogio Lorenzetti ornant l'une des salles du Palazzo Pubblico, à Sienne.

Quand le diable pénètre dans le corps d’une personne, comment s’y prend-il au juste ? Au Moyen Âge, la question agitait les esprits. Le Malin, après tout, était composé d’air, tout le monde ­s’accordait là-dessus ; il avait un volume. Et, d’une façon ou d’une autre, il fallait bien qu’il pénètre dans le pécheur. Par les orifices du corps, par exemple. Mais ensuite ? Le moine cistercien Césaire de ­Heisterbach envisageait coura­geusement le processus jusqu’au bout. Le diable, selon le saint homme, séjournait « dans les cavités corporelles, dans les intestins, où se trouvent les ­excréments ».   Césaire écrivait cela vers l’an 1220. Son Satan tourmentait, semble-t-il, les possédés comme une sorte de colique. Il apparaissait aussi aux contemporains sous la forme d’un crapaud, d’un cochon ou d’une belle femme. Mais en même temps, le diable était aussi, disait-on, un potentat habile à la tête d’un royaume – et le clergé devait sans cesse expliquer à ses ouailles comment tout cela pouvait être compatible.   Dans Le Diable dans la pensée européenne, l’...
LE LIVRE
LE LIVRE

Le Diable dans la pensée européenne de Kurt Flasch, traduit de l’allemand par Iñigo Atucha, Vrin, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Dossier La nouvelle guerre froide
Dossier La nouvelle Inquisition
Dossier Quel avenir pour le cinéma ?

Aussi dans
ce numéro de Books