La Bible sacrilège de Léo Taxil

Dans un ouvrage très subversif publié à la fin du XIXe siècle, le polémiste anticlérical s’attaque avec érudition et impertinence au texte sacré, en traquant ses incohérences, ses invraisemblances et son obsession des violences sexuelles.


La Bible amusante pour les grands et les petits enfants. Édition complète de 1897-1898 donnant les citations textuelles de l’Écriture sainte et reproduisant toutes les réfutations opposées par Voltaire, Fréret, lord Bolingbroke, Toland et autres critiques, de Léo Taxil, Librairie pour tous, 1897, 816 p.

Enfant d’eunuque ? Pourquoi pas, si la Bible le dit 1… Et celle-ci raconte en effet l’histoire d’Aseneth, future femme de Joseph et par ailleurs fille de l’eunuque du pharaon, le richissime Putiphar. Peut-être y a-t-il des explications : l’enfant avait été adoptée, ou sa mère, qui avait l’esprit très large, s’était procuré un géniteur ailleurs, ou, comme le laisse entendre le Coran 2, il pourrait y avoir plusieurs Putiphar, pas tous eunuques… Mais, pour Léo Taxil, auteur à la fin du XIXe siècle d’un irrévérencieux résumé illustré du Livre saint, il s’agit encore d’une incongruité, une de plus à mettre au débit des rédacteurs de « l’impayable Bible ».

En France, à cette époque, l’anti­cléricalisme était un vrai sport de combat. L’enjeu : éviter à tout prix que l’Église catho­lique, qui avait déjà regagné beaucoup du terrain perdu à la fin du siècle précédent, n’impose quelque tragique retour en arrière politico-­religieux. ...

SUR LE MÊME THÈME

Jadis & naguère Portrait du spleen en antidépresseur
Jadis & naguère Les malheurs de Mary
Jadis & naguère Malin comme un animal marin

Aussi dans
ce numéro de Books