L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Le chien, fatal à Néandertal ?

C’est l’alliance entre les loups-chiens et Homo Sapiens qui a eu raison de l’homme de Néandertal. Cette thèse séduisante est proposée par une éminente spécialiste de nos lointains ancêtres. Elle est hélas hasardeuse.

Pourquoi l’homme de Néandertal a-t-il disparu ? Mystère. Cette espèce, si proche de nous que nous avons hérité certains de ses gènes (lire notre dossier « Néandertal c’est nous », janvier 2015), a dominé l’Europe pendant près de 200 000 ans puis s’est éteinte au moment de l’arrivée des Homo sapiens. « Au moment », au sens large du terme. La plupart des néandertaliens avaient disparu vers – 40 000 ans, mais leur extinction s’est peut-être étalée sur 20 000 ans (dix fois la distance qui nous sépare de Jésus-Christ). Homo sapiens, lui, est arrivé en Europe vers – 50 000 ans. Toutes sortes d’hypothèses ont été émises. Victimes d’un changement climatique ? Ils avaient pourtant déjà résisté à plusieurs épisodes glaciaires. Une forme de dégénérescence, due à des pratiques incestueuses ? Pourquoi pas ? Une épidémie, comme la peste noire du Moyen Âge, qui a détruit la moitié de la population de l’Europe ? Pas exclu, au vu de leur génome. Mais l’hypothèse la plus souvent retenue est celle de leur marginalisation progressive en raison de la supériorité d’Homo sapiens à la chasse. Nettement plus intelligents, nos ancêtres directs savaient blesser les mammouths au javelot, ce dont les néandertaliens étaient peut-être incapables (bien qu’ils aient eux aussi inventé le javelot). De fait, si l’on a retrouvé des ossements de mammouth sur des sites néandertaliens, ce sont de véritables charniers qui émaillent les sites des hommes dits « modernes ». Ils habitaient sur place, se construisant des huttes avec les ossements.

C’est là qu’intervient une hypothèse toute nouvelle, formulée par l’anthropologue américaine Pat Shipman, auteure d’un livre classique sur Homo erectus et d’un autre, déjà, sur les néandertaliens. (1) Pat Shipman est une spécialiste en taphonomie, l’art d’étudier la formation des fossiles. Son idée est que la supériorité d’Homo sapiens à la chasse a été considérablement renforcée par une alliance avec les loups, ayant conduit à l’apparition d’une première espèce de chien. On pensait que les premiers chiens remontaient à l’invention de l’agriculture, vers – 10 000 ans. Or on a retrouvé récemment des squelettes de loups ayant un crâne d’allure canine vieux de 36 000 ans, donc à une époque proche de l’extinction des néandertaliens. Les loups et Sapiens se sont entendus pour chasser le gros gibier, pense Shipman : les énormes lions des cavernes, les tigres à dents de sabre, et les mammouths. En se répartissant les rôles. Les loups-chiens repéraient la proie, la coursaient, l’épuisaient et finissaient par l’immobiliser, dans l’attente des Sapiens, eux-mêmes meilleurs coureurs que les néandertaliens et mieux armés. L’homme moderne aurait fait une sorte d’OPA sur le gros gibier européen, privant peu à peu les néandertaliens de leurs aliments de prédilection. Et aurait provoqué à la fois leur extinction et celle de toute cette faune magnifique. Homo, déjà coupable !

Seulement voilà. Une autre anthropo­logue américaine, Barbara J. King, a lu attentivement le livre de sa collègue et n’y a guère trouvé matière à étayer cette thèse. Au contraire. Elle a sursauté en lisant : « Les néandertaliens avaient déjà disparu quand les loups-chiens sont apparus. » Elle lui a écrit pour lui demander une explication. Shipman a d’abord répondu que le sous-titre du livre, mettant en avant le rôle des chiens, a été placé là sur l’insistance de l’éditeur, et malgré ses réticences. Elle maintenait néanmoins son hypothèse, faisant valoir que de nouvelles découvertes, probables selon elle, permettraient de rendre les premiers loups-chiens contemporains des néandertaliens. Après quoi, dans un second e-mail, elle admettait que l’on ne parviendrait peut-être jamais à le démontrer. Tout en maintenant que l’idée que notre alliance avec les loups, devenus loups-chiens, demeure, elle, hautement probable. Mais si cette alliance s’est nouée après la disparition des néandertaliens, peut-elle en être la cause ? Le mystère demeure.

 

Notes

1| Erik Trinkaus et Pat Shipman, Les Hommes de Néandertal, Seuil, 1998.

LE LIVRE
LE LIVRE

Les envahisseurs. Comment les humains et leurs chiens ont conduit les Néandertals à l’extinction de Pat Shipman, Harvard University Press, 2015

SUR LE MÊME THÈME

Post-scriptum Les arbres et le CO2
Post-scriptum Le piège de Thucydide
Post-scriptum La bulle du militant

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.