Les meilleures ventes en Israël – La loi du marché

Que lit le peuple du Livre ? Il y a encore une dizaine d’années, des écrivains israéliens « canoniques » tels qu’Amos Oz, ou plus jeunes comme Sayed Kashua et Etgar Keret, voyaient leurs œuvres systématiquement propulsées en tête des ventes. En 2018, le dernier roman poli­cier de Dror Mishani a certes ­occupé cette place durant douze semaines, mais c’est là un fait suffisamment remarquable pour être signalé. En 2019, des romans de ­David Grossman et d’Eli Amir figurent sur la liste des best-­sellers de Steimatzky, la première chaîne de librairies d’Israël, mais les autres titres n’ont pas la même qualité littéraire. Un coup d’œil au palmarès de la deuxième ­enseigne du pays, Tzomet ­Sefarim, confirme le constat : Et après, de Guillaume ­Musso, occupe la première place. À l’exception d’un titre israélien, « Comme nous étions autrefois», d’Avishag Charkhi, une romance teintée d’érotisme, le ...

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Un tournant introspectif
Bestsellers Un roman monstre
Bestsellers Aux origines de la violence

Aussi dans
ce numéro de Books