Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour financer notre numéro 100 exceptionnel !

Les meilleures ventes (poche) en Suède – Derrière les polars, le doute

Alors que l’État-providence s’efface progressivement, les Suédois s’en remettent au développement personnel et à la lecture cathartique de thrillers.

Il doit y avoir à Stockholm une dizaine de librairies Akademibokhandeln. On en trouve aussi dans toutes les grandes villes du pays. Parmi les meilleures ventes, beaucoup de polars et de thrillers. Remarquons que, dans plusieurs de ces livres, ce sont des femmes qui mènent l’enquête. C’est le cas de « Soleil d’automne », de Lars Wilderäng, un thriller sécuritaire situé dans un futur proche, de « Faux pas », intrigue insulaire poisseuse de Maria Adolfsson, des « Sept qui ont vu », où ­Denise Rudberg fouille les secrets de famille dans les beaux quartiers de Stockholm, et de La Fille qui rendait coup sur coup, de David
Lagercrantz, tome 5 de la série Millénium, qui a pour héroïne Lisbeth Salander. Je me souviens de lecteurs français décontenancés par un ­polar suédois situé sous le soleil de l’Andalousie. Sans forêts de ­sapins enneigées, leur horizon s’effondrait. Avec les deux romans historiques de notre palmarès, le voici pleinement rétabli. La neige ne manque pas dans la saga de ­Mikael ­Niemi, poursuite métaphysique d’un ours au fin fond de la Tornédalie, en 1852. De la neige encore et beaucoup de noirceur dans 1793, magistral premier roman de Niklas Natt och Dag (à paraître en français chez Sonatine). Après la découverte d’un cadavre démembré, un vétéran de guerre aviné et manchot et un juriste phtisique mènent l’enquête. Le titre ne quitte pas la tête des ventes depuis le début de l’année. Que signale un tel succès ? Un goût du romanesque, et, par là, une envie d’évasion ? Ou bien cette fresque sombre d’une époque en mutation où la raison vacille et la révolte gronde a-t-elle un effet miroir ? Car l’époque se cherche, à Stockholm comme ailleurs. En 4e et 5e position, des livres de développement personnel proposent deux voies radicalement divergentes. Le premier, « Entourés d’idiots » (à paraître en français chez First), nous apprend à mieux nous comprendre par le dialogue afin de retrouver, au-delà de l’idiotie de chacun, ce qui fait sens et société. Un retour au folkhemmet d’antan, peut-être, cette fameuse « troisième voie » suédoise caractérisée par l’État-providence. Le second, « Fort en tête », prône le sport pour augmenter les performances du cerveau et celles de l’indi­vidu – mieux armé, du coup, pour affronter le nouveau monde…

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Les meilleures ventes (non-fiction) au Danemark - Ralentir ou accélérer ?
Bestsellers Apologie de la torture
Bestsellers La plus grande chanson de Toni Morrison

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.