L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Mon nom est Vavilova

Comme des millions de téléspectateurs dans le monde, Andreï Bezroukov et Elena Vavilova ont regardé la série The Americans (2013), qui raconte l’histoire de ce couple d’agents dormants du KGB s’étant fait passer pendant près de trente ans pour une ­famille américaine sans histoire. Les deux Russes ne pouvaient pas rater ça, car les taupes qui ont inspiré la série, ce sont eux. Aujourd’hui, dix ans après leur expulsion des États-Unis (démasqués en 2010 par le FB
I, ils ont été échangés dans la plus belle tradition de la Guerre froide), ­Elena Vavilova commet un curieux roman à clé, que la presse moscovite présente comme « la vraie histoire de The Americans ». On y apprend notamment comment le KGB a déniché et formé, quasiment depuis leur adolescence, ce vrai couple d’agents très spéciaux avant de les ­envoyer parfaire leur « légende » dans l’Amérique profonde. Ils devaient être de « parfaits petits Américains » au point que même leurs enfants, nés outre-Atlantique, ne devaient pas connaître leur véritable identité et encore moins leur mission. Pourquoi ne pas avoir écrit simplement ses Mémoires ? Dans le quotidien Kommersant, Elena Vavilova donne une explication à cette « fiction » : « Les Américains ont stipulé lors de notre libération que nous devions leur reverser l’intégralité de nos droits d’auteur si nous en venions à ­publier notre histoire. »
LE LIVRE
LE LIVRE

« Une femme qui sait garder des secrets» de Elena Vavilova, Eksmo, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Périscope Au paradis des enfants
Périscope De Prague à Pékin
Périscope Le livre fantôme de Harper Lee

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.