Qui veut la peau de Don Quichotte ?

Une version modernisée du chef-d’œuvre de Cervantès, dont la langue est réputée difficile d’accès, déclenche une nouvelle bataille d’Hernani en Espagne.

« Dans une bourgade de la Manche, dont je ne veux pas me rappeler le nom, vivait, il n’y a pas longtemps, un hidalgo, de ceux qui ont lance au râtelier, rondache antique, bidet maigre et lévrier de chasse. » Modifier, même légèrement, un incipit aussi célèbre que celui de Don Quichotte demande une certaine témérité. Expert reconnu de l’œuvre cervantine, l’écrivain espagnol Andrés Trapiello a passé quatorze ans à « traduire » le Quichotte en castillan moderne. Un travail de bénédictin, qui ne pouvait laisser indifférent dans un pays où, comme le souligne Trapiello lui-même, l’œuvre de Miguel de Cervantès est « aussi intouchable que la Constitution ». En français, le fameux incipit modernisé pourrait être rendu comme suit : « Dans une bourgade de la Manche, dont je ne veux pas me rappeler le nom, vivait, il n’y a pas longtemps, un hidalgo, de ceux qui ont lance depuis longtemps rangée, vieux bouclier, bidet maigre et lévrier de chasse. » « Vieux bouclier » pour « rondache antique » ; « depuis longtemps rangée » à la place d’« au râtelier » : pour ses ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Don Quichotte de la Manche de Miguel de Cervantes, Destino, 2015

SUR LE MÊME THÈME

Périscope Deux idées pour Pap Ndiaye
Périscope Martha Graham, l’incandescente
Périscope Éros contre Thanatos

Aussi dans
ce numéro de Books