Races : en finir avec l’orthodoxie

Depuis les horreurs du nazisme, un consensus s’est figé, selon lequel les variations entre populations doivent être considérées comme négligeables. Cette orthodoxie est devenue un obscurantisme et doit aujourd’hui être bousculée au profit d’un débat informé. Il est absurde et dangereux de nier les différences.


© Coll. Jonas/Kharbine-Tapabor

«Peuples d’Asie», planche d’une encyclopédie allemande de la fin du XIXe siècle. Les Tibétains ont acquis un gène qui leur permet de vivre en haute montagne sans souffrir de problèmes sanguins.

En 1942, l’anthropologue Ashley Montagu publiait un livre qui allait faire date, « Le plus dangereux mythe de l’humanité : le mensonge de la race ». Il y soutenait que la race est un concept social sans bases génétiques. Un exemple classique, souvent évoqué, est la définition incohérente du mot « noir ». Aux États-Unis, une personne est « noire » si elle compte un ancêtre, même lointain, issu de l’Afrique subsaharienne. Au Brésil, on n’est pas « noir » si on a un ancêtre, même lointain, originaire d’Europe. Si le mot « noir » désigne des personnes différentes selon le contexte, comment peut-il avoir une quelconque base génétique ?   À partir de 1972, les avancées de la génétique sont venues conforter cette thèse. Cette année-là, le généticien américain Richard Lewontin publie une importante étude sur les variations dans certains types de protéines du sang. Il regroupe les populations qu’il étudie en sept « races » (Eurasiens de l’Ouest, Africains, Asiatiques de l’Est, Asiatiques du Sud, Amérindiens, Océaniens et Australiens) et constate que la variation dans ces types de protéines est imputable à 85 % à des ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Man’s Most Dangerous Myth: The Fallacy of Race de Ashley Montagu, Whitley Press, 2008

SUR LE MÊME THÈME

Dossier L’endroit où les adultes pleurent
Dossier Pourquoi croit-on en Dieu ?
Dossier Aux origines des origines

Aussi dans
ce numéro de Books