L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Aux sources de Dostoïevski

Sauvegarder cet article

Le chercheur américain Joseph Frank a passé sa carrière à étudier la vie et l’œuvre du romancier russe. La version condensée de sa monumentale biographie paraît en français.

Voici un ouvrage d’un millier de pages qui n’est en fait qu’un condensé. Entre 1976 et 2002, Joseph Frank, professeur de littérature comparée à l’université de Princeton, a publié une monumentale biographie de Dostoïevski en 5 volumes. Elle a fait date. « Elle est considérée aujourd’hui comme la meilleure biographie de Dostoïevski toutes langues confondues, y compris le russe. Et c’est même la meilleure biographie littéraire que j’aie jamais lue », écrivait le slaviste Gary Saul Morson dans The New York Times en 2013, à l’occasion de la mort de Joseph Frank. En 2009, le chercheur américain faisait paraître une version abrégée de cette biographie-fleuve : avec l’aide de l’universitaire Mary Petrusewicz, il avait réussi le tour de force de l’amputer de ses deux tiers sans la dénaturer. C’est cette version plus accessible au profane qui vient d’être traduite en français. Rien ne destinait Joseph Frank à consacrer l’essentiel de sa vie au grand auteur russe. Après s’être fait un nom dans la critique littéraire au début des années 1950, c’est par hasard – en se penchant sur les sources d’inspiration de l’existentialisme – qu’il découvre Dostoïevski. Très vite, il se passionne pour son œuvre et en vient à apprendre le russe. La particularité de son approche : pour comprendre les ouvrages de
l'écrivain, il s’appuie énormément sur le contexte idéologique de la Russie du xixe siècle, dont ils seraient le reflet génial. Comme il le souligne dans sa préface : « Le génie de Dostoïevski réside dans sa capacité à inventer des situations dans lesquelles les idées dominent le comportement de ses personnages sans que celui-ci devienne allégorique. Il avait ce que j’appelle une “imagination eschatologique”, c’est-à-dire une imagination qui lui permettait de transformer les idées en actes et de les suivre jusqu’à leurs ultimes conséquences. En même temps, ses personnages réagissent à ces conséquences selon les normes morales et sociales dominantes de leur milieu, et c’est la fusion de ces deux niveaux qui fait toute la richesse de ses romans. » Un exemple célèbre : Raskolnikov, le héros de Crime et Châtiment, qui assassine une vieille usurière. C’est, selon Frank, une réponse vivante, concrète, aux théories d’un penseur radical russe, Dmitri Pissarev, qui voulaient que certains individus exceptionnels aient le droit de commettre des crimes pour le bien de l’humanité. L’existence de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski fut elle-même très romanesque. Frank rappelle qu’il est le seul des grands écrivains russes nés dans la première moitié du xixe siècle à ne pas être issu de l’aristocratie terrienne et à avoir été élevé dans une foi orthodoxe qui n’était pas que de façade. On sait qu’il connut des épreuves terribles : l’assassinat de son père par ses serfs quand il était encore étudiant, une condamnation à mort pour avoir frayé avec un groupe aux idées jugées trop séditieuses, suivie d’un simulacre d’exécution puis de quatre années de bagne en Sibérie… Si on y ajoute la mort de sa première femme, de deux de ses enfants, de son frère aîné bien-aimé, son addiction aux jeux de hasard (transposée littérairement dans Le Joueur) et d’inextricables difficultés financières, on comprend mieux sa singularité par rapport à Tolstoï ou à Tourgueniev et sa connaissance de première main d’un pan beaucoup plus large de la société et de la mentalité russes de son temps. L’une des grandes forces de la biographie de Frank est son exégèse des textes : il « analyse aussi finement les techniques narratives de Dostoïevski que ses sources politiques et philosophiques », s’enthousiasme la romancière A. S. Byatt dans The Guardian. On peut donc se réjouir que la version abrégée ait conservé l’essentiel des explications qu’il propose des quatre grands romans de la maturité que sont Crime et Châtiment, L’Idiot, Les Possédés et Les Frères Karamazov.
LE LIVRE
LE LIVRE

Dostoïevski, un écrivain dans son temps de Joseph Frank, Éditions des Syrtes, 2019

SUR LE MÊME THÈME

En librairie L'affaire Florence Cassez, mauvais polar mexicain
En librairie Le revenu universel contre la marchandisation de la société
En librairie Le modèle végétal

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.